Eurosatory 2012 : Dassault n’abdique pas sur les drones intermédiaires

Malgré la remise à plat souhaitée de la France dans l’achat de ses drones, Dassault Aviation veut toujours convaincre le gouvernement de l’intérêt d’une adaptation française du drone israélien Heron TP. Il a des atouts pour convaincre.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Eurosatory 2012 : Dassault n’abdique pas sur les drones intermédiaires

Dassault Aviation n’est pas du genre à abandonner facilement. En jeu : faire aboutir les négociations entamées avec le précédent gouvernement pour l’achat du drone intérimaire israélien, le Heron TP que le fabricant du Rafale adapterait aux besoins de l’armée française. La tâche s’annonce toutefois plus ardue depuis que le nouveau ministre de la défense Jean-Yves Le Drian a annoncé le 30 mai dernier la remise en plat de sa stratégie dans les drones.

Mais Dassault est tenace. Sur le salon Eurosatory, il présentait ainsi dans une brochure commerciale les dernières caractéristiques techniques de ce drone rebaptisé Voltigeur. Et au delà, son directeur général des affaires international, Eric Trappier a précisé à un petit groupe de journaliste ses arguments pour convaincre le gouvernement de la pertinence de sa solution. "Nous restons force de proposition dans le cadre du héron TP. (…) On a remis des offres définitives qui peuvent ensuite donner lieu à des modifications".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Maximisation

Le point fort de cette offre : maximiser la part française dans ce drone conçu à l’origine par le fabricant israélien IAI (Israel Aircraft Industries). "Cela peut aller de 0 à 50% de changement de la totalité du drone. Ce sera aux autorités françaises de décider", explique Eric Trappier. Il cite ainsi Zodiac Aerospace comme "bon candidat" pour la conception de la liaison par satellite pour les communications à très longue portée. On peut imaginer aussi que Thales, déjà fournisseur de l’électronique et du radar du Rafale, pourrait également monter à bord du Voltigeur. Des arguments auxquels devrait être sensible le gouvernement qui veut relancer la politique industrielle en matière de défense.

Cependant cette solution risque de pénaliser les troupes françaises en termes de disponibilité des appareils. Plus les modifications seront importantes, plus la livraison des machines sera retardée. Acheté sur étagère, le drone pourrait être disponible d’ici deux ans ; largement enrichi de technologies françaises, ce délai pourrait doubler.

Ensuite, le choix du Voltigeur permettrait de bénéficier de la longue expérience des israéliens . "Ce drone a des milliers d’heures de vol. Le retour sur expérience est considérable. Plus que des technologies, nous achetons un savoir-faire", indique Eric Trappier. L’achat d’un drone américain Reaper du constructeur américain General Atomics, choix qui avait la préférence de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du sénat français, n’apporterait pas le même intérêt, les américains étant moins enclins au transfert de technologies selon Dassault Aviation. Des fonctions de l’appareil pourraient même être bridées.

Voltigeur ou non ? Le suspense ne devrait plus être long. Le ministre de la défense a promis de trancher avant le 14 juillet prochain.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS