Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Euronaval : en surcapacité, le secteur européen de défense navale cherche des clients étrangers au Bourget

Hassan Meddah , , ,

Publié le , mis à jour le 27/10/2014 À 11H54

Euronaval, le salon de la défense navale, ouvre ses portes ce 27 octobre à Paris-Le Bourget. Les grands chantiers européens fabricants de sous-marins, frégates et autres navires de surface sont à la peine. Ils doivent trouver des débouchés à l'export auprès des marines émergentes et dans le domaine de la sécurité navale.

Euronaval : en surcapacité, le secteur européen de défense navale cherche des clients étrangers au Bourget
Salon Euronaval 2012
© DR

Le grand salon de la défense navale, Euronaval, a ouvert ses portes ce 27 octobre pour une semaine au parc des expositions de Paris-Le Bourget.

Pour cette 24e édition, plus de 350 exposants sont attendus. Selon le Gican (groupement des industries de construction et activités navales), le marché de la construction navale militaire représente un chiffre d'affaires annuel de 40 milliards d'euros

Sous pression, les grands fabricants européens de navires militaires et de sous-marins doivent absolument saisir cette occasion pour séduire les 90 délégations officielles de marines de guerre qui viendront des quatre coins du monde. L'Inde et l'Australie disposeront pour la première fois de pavillons affichant ainsi leurs nouvelles ambitions tandis les Emirats Arabes Unis et la Turquie seront également présents.

plan d'économies chez dcns

Toutefois, le marché mondial s'apparente à une mer agitée pour les industriels européens fortement bousculés. Ainsi, le champion français DCNS vient d'annoncer un plan qui pourrait atteindre 100 millions d'euros d'économies pour redresser une profitabilité en berne. Outre une diversification dans le secteur du nucléaire civil trop aventureuse, il subit de plein fouet la concurrence avec ses rivaux européens et notamment l'allemand Thyssen Krupp Marine Systems (TKMS).

Que dire de son voisin et ancien partenaire Navantia ? Le groupe espagnol boit la tasse et ses pertes sur ses deux derniers exercices 2012 et 2013 se sont élevées à 140 millions d'euros. Avec également les chantiers navals britannique BAE Marine Systems et italien Fincantieri, le secteur européen de défense navale est en surcapacité. Tous subissent les baisses de commandes de leur principal client - leur Marine nationale - ainsi que la montée en puissance des industriels des pays émergents dans ce secteur comme la Turquie, la Corée du Sud, la Chine.

la France détiendrait entre 5 et 7% du marché mondial de défense navale

Les industriels européens doivent donc chercher leur croissance auprès des marines étrangères. Le Brésil, la Malaisie, l'Egypte, Singapour se sont équipés en sous-marins et frégates pour défendre leurs eaux territoriales. "Dans les années 90, une vingtaine de pays disposait d'une flotte de sous-marins. En 2014, ils sont près du double", estime Jean-Marie Carnet, directeur général du salon.

La France et DCNS ne déméritent pas dans cette compétition. Selon le Gican, la France détiendrait entre 5 et 7% du marché mondial. Le secteur naval compte pour plus de 30% des exportations françaises d'armement.

Les industriels doivent cependant explorer de nouveaux débouchés comme la protection navale et la sécurité où il s'agit de répondre à des besoins de police des mers. Il faut donc mettre sur les marché des navires moins armés mais conçus pour la lutte contre la piraterie et le terrorisme, ou encore la surveillance des zones économiques exclusives. "La mer se retrouve au centre d'enjeux stratégiques. Les zones économiques exclusives sont des zones de tensions ravivées", indique Patrick Boissier, président du Gican et d'Euronaval.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

27/10/2014 - 19h03 -

pourtant, à part STX, DCNS, SAGEM, plus leurs fournisseurs, il n'y a guère d'offres d'emplois industriels dans l'ouest...
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle