Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Eurogerm s’agrandit et ouvre une boutique sur Paris

, , , ,

Publié le

Le numéro un national des ingrédients et auxiliaires technologiques pour la filière blé-farine-pain, Eurogerm, investit 2,1 millions d’euros à Dijon (Côte-d'Or).

Eurogerm s’agrandit et ouvre une boutique sur Paris
Farine
© zigazou76 - Flickr - C.C

Les entreprises citées

Eurogerm, ingrédientiste spécialisé en panification et pâtisserie, leader sur le marché français et très présent à l’international, procède à une extension de 2 500 mètres carrés de son unité dijonnaise (Côte-d'Or) à Saint-Apollinaire. L’investissement de 2,1 millions d’euros, opérationnel au second trimestre, optimisera tous les flux de production par une spécialisation des trois lignes dédiées à la meunerie, à la panification et aux avant-produits de pâtisserie. L’entreprise, cotée à la bourse de Paris (255 salariés, 66,2 millions d’euros de chiffre d’affaires), gagnera en productivité et en capacité.

Elle réaménage également tous ses laboratoires sur 560 mètres carrés où travaillent très étroitement la R&D et les méthodes. Ce développement s’inscrit dans une conjoncture favorable pour l’industriel qui affiche à mi- exercice un chiffre d’affaires en progression de 15,7 % à 35,5 millions d’euros et un résultat d’exploitation en hausse de 16,5 %. "Nous pensons donc atteindre, voire franchir la barre symbolique des 70 millions d'euros et recruter jusqu’à une dizaine de nouveaux collaborateurs", indique Jean-Philippe Girard, le PDG et président depuis juin 2013 de l’Association nationale des industries alimentaires (ANIA).

Une franchise à naître

Eurogerm va par ailleurs ouvrir une seconde boutique à l’enseigne Tartin’Art sur Paris. Celle qui servait de test sur Dijon a inauguré un concept de restauration rapide autour du pain voué à être franchisé. "Grâce à ce nouvel espace de vente, nous allons maintenant affiner notre modèle exploitable pour nous implanter, demain, dans toutes les grandes métropoles mondiales", explique le dirigeant. Chacune des boutiques représente un investissement de 300 000 à 500 000 euros, en raison de l’équipement d’une cuisine et d’un fournil et créera en moyenne 10 emplois.

Didier Hugue

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle