L'Usine Santé

Le français Eurofins Scientific lève 535 millions d'euros pour développer ses tests du coronavirus

, , ,

Publié le , mis à jour le 19/05/2020 À 12H07

Le laboratoire d'analyses nantais Eurofins Scientific a annoncé lundi 18 mai avoir levé 535 millions d'euros via l'émission de nouvelles actions. Il entend ainsi accroître ses capacités de tests de dépistage du Covid-19.

Le français Eurofins lève 535 millions d'euros pour développer ses tests Covid-19
Eurofins Scientific a levé 535 millions d'euros via l'émission de nouvelles actions.
© GONZALO FUENTES

Le laboratoire d'analyses nantais Eurofins Scientific (Loire-Atlantique) a annoncé lundi 18 mai avoir levé 535 millions d'euros via l'émission de nouvelles actions, un financement destiné à accroître ses capacités de tests de dépistage du coronavirus. L'entreprise a émis un million de nouvelles actions auprès d'investisseurs institutionnels au prix de 535 euros par action, représentant une décote de 7,2% par rapport au cours de clôture de lundi. Berenberg et Credit Suisse ont agi en tant que coordinateurs et teneurs de livre conjoints pour le placement.

En France, la politique sanitaire de tests a changé drastiquement depuis le 11 mai. Chaque personne ressentant un symptôme évoquant le Covid-19 est tenue de consulter un médecin immédiatement. Mais surtout, toutes ces personnes "seront systématiquement testées", assure Jean Castex, le "monsieur déconfinement" nommé par le gouvernement.

 

Une nouvelle stratégie de tests virologiques pour la France

Un engagement qui nécessite de disposer par semaine de 700 000 tests virologiques, permettant de dépister le SARS-CoV-2, objectif d’ailleurs fixé par le Premier ministre fin avril.

Début mai, la Direction générale de la Santé (DGS) reconnaissait une certaine difficulté à agréger les données. Santé publique France, chargé de la remontée de ces informations, compilait jusqu’alors les chiffres émis par le réseau 3labos, regroupant les laboratoires Cerba, Eurofins et Biomnis, responsable des tests RT-PCR, donc virologiques, issus de 1 664 laboratoires de ville et de 157 établissements de santé. Y étaient ajoutés les chiffres des laboratoires hospitaliers. En semaine 16 (entre le 13 et le 19 avril) par exemple, la totalité des tests effectués avoisinait seulement les 115 000.

Mais depuis des semaines, les autorités ont largement autorisé tous les laboratoires de recherche, publics, privés et même vétérinaires, à les mener. Au total, 270 000 tests auraient été menés réellement en semaine 16. Soit presque trois fois plus que début avril, témoignant de la montée en puissance du dépistage.

 

avec Reuters (Blandine Hénault, édité par Jean-Michel Bélot)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte