Eurenco lance officiellement son projet Phénix

La modernisation des ateliers de fabrication d'explosifs de Sorgues (Vaucluse) engendre un chantier de 120 millions d'euros dont l'unité d'hexogène Phénix est le cœur.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Eurenco lance officiellement son projet Phénix
Site Eurenco de Sorgues

Après avoir frôlé la cessation définitive, l'activité d'explosifs d'Eurenco à Sorgues (Vaucluse) va renaître au deuxième semestre 2016 avec la construction d'un nouvel atelier de production d'hexogène et de compositions associées. Décidé en juillet 2012, ce projet baptisé "Phénix" est en plein chantier. Antoine Gendry, PDG du groupe SNPE, et Jacques Cardin, PDG d'Eurenco, en ont symboliquement posé la première pierre le 3 octobre. L'investissement total s'élève à 120 millions d'euros dont 90 à 100 millions d'euros pour le seul projet Phénix. "Nous nous projetons à nouveau dans le futur avec des ateliers modernes et performants tant industriellement que sur le plan environnemental" soutient Antoine Gendry.

Première productrice européenne d'explosifs pour la Défense, l'usine, déficitaire depuis plusieurs années, a été sauvée par l'Etat en 2008 pour préserver la sécurité des approvisionnements de la France et de l'Europe en explosifs militaires. Il a fallu trois ans pour imaginer une alternative. L'édification d'un nouveau site s'est imposée.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

D'un flux discontinu à un flux continu

L'unité actuelle continuera à produire jusqu'à la mise en service de la nouvelle chaîne de production, totalement reconfigurée. "Nous allons passer d'un process à flux discontinu à un flux continu, en éliminant des ruptures de charge, des opérations de manutention, de stockage. Actuellement, le temps de cycle avoisine la semaine pour un produit fini. Avec Phénix, il durera six heures", précise Matthieu Fontès, responsable d'une modernisation qui, outre Phénix pour l'hexogène, comprend la rénovation d'ateliers de production et le renouvellement de moyens de production d'énergie dont une centrale biomasse, exploitée par Cofely, couvrant 60 à 80 % des besoins de vapeur du site.

Développement de l'export

Eurenco Sorgues prévoit de réaliser cette année un chiffre d'affaires de 31 millions d'euros contre 24 millions d'euros il y a deux ans. "Nous visons les 36 à 40 millions d'euros après la mise en service de Phénix", indique Jacques Cardin. Cette croissance sera en partie liée au développement de l'export, estimé pour l'heure entre 10 et 20 %. "L'Asie, avec l'Inde en cible privilégiée, le Moyen-Orient nous paraissent des marchés porteurs. Nous voulons doubler cette part dans le futur", précise Serge Lecume, vice-président, en charge de la division Explosifs qui représente une capacité de production de l'ordre de 1 500 tonnes par an (Sorgues en représente 60 %) pour un chiffre d'affaires de 43 millions d'euros en 2012.

Accroître la productivité du site

Pour Antoine Gendry, cet effort d'investissement contribue à pérenniser 240 emplois. Une négociation est en cours, selon la direction, pour refondre un accord d'entreprise en augmentant le temps de travail des personnels de production de 1 400 heures par an en moyenne à 1 600 heures par an à salaire égal et accroître ainsi la productivité de l'installation. L'approbation des partenaires sociaux est attendue d'ici la fin de cette semaine. En cas de refus, la direction dénoncera l'accord actuel et quinze mois supplémentaires de discussions seront nécessaires.

Jean-Christophe Barla

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    EURENCO
ARTICLES LES PLUS LUS