Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Etude] La robotisation des usines françaises survivra à la fin du suramortissement Macron

Manuel Moragues ,

Publié le , mis à jour le 04/05/2017 À 21H23

Selon une étude réalisée par L’Usine Nouvelle et le roboticien Fanuc, les industriels jugent que la poursuite du dispositif de suramortissement lancé en 2015 par Emmanuel Macron favoriserait leur robotisation. Ils sont près de 80 % à prévoir de toute façon de s’équiper dans les deux ans.

[Etude] La robotisation des usines françaises survivra à la fin du suramortissement Macron
[Etude] La robotisation des usines françaises à l'aune de la fin du suramortissement Macron
© Sébastien Sindeu

"Entre le 1er et le 14 avril, nous n’avons jamais enregistré autant de commandes. C’était un vrai feu d’artifice !", témoigne Florence Bertaux, directrice business development et communication de Fanuc France. Le 14 avril dernier a marqué la fin du dispositif de suramortissement pour les investissements productifs introduit par la loi Macron. Les industriels, qui l’ont notamment utilisé pour leur robotisation, le regrettent déjà. Une seconde édition ne serait pas pour leur déplaire.

Selon une étude réalisée par L’Usine Nouvelle et le roboticien Fanuc, 91% des industriels pensent qu’une poursuite de la mesure de suramortissement contribuerait à l’augmentation des investissements industriels dans la robotique. Réalisée entre le 28 mars et le 4 avril 2017, cette étude porte sur 249 industriels français représentés par des cadres appartenant pour 83% d’entre eux à la direction générale, la direction de la production, la direction technique ou la direction de sites.

"Effet d’aubaine"

Le dispositif de suramortissement pour les investissements productifs avait été introduit par la loi Macron du 6 août 2015. Cet avantage fiscal a permis aux entreprises de déduire de leur résultat imposable 40% du prix de revient d’un équipement industriel acheté entre mi-avril 2015 et mi-avril 2017. A la clé, une vraie économie d’impôt, qui, combinée au dispositif d’amortissement exceptionnel des robots industriels des PME, actif du 1er octobre 2013 au 31 décembre 2016, a joué un rôle certain dans le rebond des investissements des industriels dans la robotisation.

Les ventes de robots en France ont bondi de 15% en 2016 selon la Fédération des industries mécaniques (FIM). "La progression du marché a été forte ces dernières années et tout particulièrement en 2016", confirme Florence Bertaux, de Fanuc France. La tendance va-t-elle s’inverser avec la fin du dispositif de suramortissement ? "Non, tranche la directrice, s’il y a certainement eu un effet d’aubaine pour des opérations de remplacement, avec peut-être quelques mois plus creux à venir, c’est d’abord parce que leur carnet de commandes le justifiait que les industriels ont investi dans des robots."

Florence Bertaux note avec intérêt un autre résultat de l’étude : 80% des répondants ont prévu d’investir dans des robots dans les deux prochaines années. La robotisation des usines françaises semble partie pour se poursuivre au-delà du suramortissement.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle