Economie

[Etude] Après avoir protégé l'emploi pendant le confinement, les start-up veulent continuer à embaucher

Christophe Bys , , ,

Publié le

Comment se sont comportés les start-up pendant la crise du Covid-19 ? Comment se sont-elles adaptées en matière d'emploi ? Une étude menée par Station F livre une situation contrastée mais encourageante. Les start-up ont eu recours au chômage partiel. Certaines ont dû licencier. Mais près de la moitié envisagent de recruter d'ici à la fin de 2020. Le télétravail devrait se développer.

[Etude] Après avoir protégé l'emploi pendant le confinement, les start-up veulent continuer à embaucher
Vous voulez travailler dans une start-up ? C'est peut-etre le bon moment...
© DR

Station F data publie jeudi 4 Juin une étude (1) intitulée "Impact & opportunities of Covid-19 for start-ups" riche d'enseignements sur la façon dont les jeunes pousses ont traversé la pandémie dans cinq pays (France, Allemagne, Royaume-Uni, Israël et Etats-Unis) et sur leurs perspectives de sortie. Une large partie de cette étude est consacrée à la situation de l'emploi dans les jeunes pousses pendant cette crise. 

Coup de frein RH

L'étude montre ainsi que près d'une start-up sur cinq a eu recours à une forme d'activité partielle. En France, la proportion atteint 28 % des jeunes pousses interrogées. C'est un peu moins qu'au Royaume-Uni où la proportion est de 35 %. Mais le dispositif de "furlough support" n'est pas le même qu'en France, où le gouvernement a pris en charge une part importante de la facture.

Rien d'étonnant à cela, puisque de nombreuses start-ups ont indiqué que le Covid-19 avait eu un impact négatif sur leur activité, les contraignant à réduire leurs dépenses. Ainsi, 55 % des jeunes pousses ont révélé avoir réduit pendant la crise le budget consacré aux embauches et plus généralement aux ressources humaines et à l'équipe de travail. Ce qui en fait la deuxième fonction touchée derrière le marketing et la communication et devant le poste immobilier. 

Et cela pourrait durer. L'enquête publiée par Station F indique que le recours à ses dispositifs divers pourrait durer jusqu'à la fin de cette année dans trois secteurs : les voyages, les fintechs et assurtechs, et la mobilité.

Et ça repart...

Par ailleurs, 16,82 % des start-up, tous pays et secteurs confondus, ont licencié des employés depuis le début de l'épidémie. Cette proportion atteint 38 % en Allemagne et n'est que de 13,24 % en France. Entre ces deux extrêmes, on trouve les Etats-Unis (17,02%), le Royaume-Uni (19,44%) et Israël (25%).

Dans 28,7 % des start-up, c'est moins de 5 % de l'effectif total qui a été licencié. La même proportion de jeunes pousses indique que les licenciement ont touché entre 5 et 10 %. 18,5 % des start-ups annoncent avoir licencié entre 10 et 20 % de leur effectif. Pour les cas les plus inquiétants, ce sont 5,6% de start-up qui ont dû se séparer de plus de 40 % de l'effectif. En termes de fonctions, c'est d'abord le service commercial qui a été concerné, suivi du marketing et du développement. Les secteurs les plus touchés sont le voyage, la mobilité, mais aussi les HR tech et le e-commerce. 

Développeurs et commerciaux recherchés

Mais tout n'est pas noir au pays des start-up. S'il ne s'agit pas de minorer l'impact des réductions d'effectifs, il ne faut pas non plus sombrer dans le pessimisme. Une jeune pousse sur deux (48%) a recruté durant la même période. Mieux, 78,2% des entreprises de croissance prévoient de le faire d'ici à la fin de l'année. Dans 3,7 % des cas, le volume de recrutement sera supérieur à 50 personnes. Dans 56,1 % des entreprises qui recruteront, le volume est inférieur à 5 personnes, et il est compris entre 5 à 10 salariés dans 28 % des jeunes pousses.

Ce sont d'abord des développeurs qui seront recrutés (une fonction citée par près de 50 % des start-up), suivis par les commerciaux (39,9%) et le marketing (28,9%). On voit clairement les objectifs de ces entreprises : renforcer le produit et gonfler les équipes commerciales pour vendre davantage. 

Le bel avenir du télétravail 

Mais où iront travailler toutes ces personnes ? L'étude apporte des réponses. Avant la crise, le télétravail existait dans les start-up mais n'était pas général. Dans 38 % d'entre elles, entre 0 et 20 % des salariés seulement télétravaillaient. A l'autre extrémité, 38% disaient pratiquer le "full remote", soit le travail à distance à 100 % pour tous. La France n'était pas la plus mal placée, avec des pourcentages respectivement de 34 % et 43 % environ. 

Et pour l'ensemble des start-up interrogées, cela ne devrait pas s'arrêter là. 46,8 % déclarent vouloir augmenter la part de salariés travaillant depuis leur domicile.  28,7 % indiquent qu'elles vont diminuer les surfaces de travail. 

Si une sur cinq déclare qu'elle ne changera rien, une sur dix (9,3%) veut passer au "full remote". Enfin, 22,3% augmenteront le budget pour l'acquisition d'outils pour travailler à distance. Il semblerait que les start-up ont attrapé le virus du télétravail.  

--------------------------------------------------------------

- L'intégralité de cette étude peut être lue ici

- Pendant le confinement, l'association France Digitale a ouvert un site Internet où l'on trouve des offres d'emplois pour travailler dans les start-up membres. Ce site est toujours opérationnel ICI 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte