Ets J. Richard-Ducros en cessation de paiement

Partager

Social. Le conseil d’administration de la société alésienne Ets J. Richard-Ducros, spécialisée dans la construction métallique, les ouvrages d’art et la tôlerie fine, a décidé de procéder à une déclaration de cessation de paiement.

C’est ce qu’annonce le 13 janvier le groupe bordelais Fayat, qui a acquis l’intégralité des actions de l’industriel le 24 novembre 2010.

Créé il y a plus de 140 ans, en 1868, les établissements J. Richard-Ducros emploient 320 salariés sur trois sites en France : Alès dans le Gard (siège administratif et 3 usines), Roquefort dans les Landes et Charmes dans les Vosges, ainsi qu’une filiale à Csongrad, en Hongrie, employant 150 personnes dans la tôlerie fine de précision.

Fayat précise avoir acquis l’entreprise « sur la base des derniers comptes clos au 31 décembre 2009 », compte tenu de « l’incapacité des cédants à produire une situation intermédiaire des comptes au titre de l’année 2010 » et avec l’engagement de ces derniers de gérer l’entreprise « en bon père de famille » en 2010.

Or, le nouveau PDG Bernard Castéran affirme avoir constaté à sa prise de fonctions « une charge anormalement faible de la production » qui l’a conduit à demander un audit comptable sur l’année 2010 à un cabinet extérieur.

Selon Fayat, cet audit a révélé « une prise de commande quasi-nulle au second semestre 2010 sur le marché ouvrages d’art et pylônes électriques, une très forte dégradation de l’activité tôlerie fine en raison, notamment du désengagement d’IBM qui a fait le choix de la délocalisation à Singapour, et un découvert en trésorerie très dégradé qui ne permet plus de faire face aux charges courantes ».

Le chiffre d’affaires 2010 se révèle en chute de 40 %, passant à 30 millions d’euros contre plus de 50 les années précédentes, avec une perte d’exploitation de 12 millions d’euros. Pire, le chiffre d’affaires potentiel serait de 20 millions pour 2011.

« Une telle situation rend l’entreprise ingérable », conclut Fayat, qui « réserve ses droits à l’égard des cédants, notamment quant à leur obligation de sincérité ». Une table ronde sur la situation de l’entreprise se tient ce 13 janvier en fin d’après-midi à la sous-préfecture d’Alès.


Sylvie Brouillet Correspondante en Occitanie

Partager

NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
ARTICLES LES PLUS LUS