Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

ETI : des champions de l'industrie trop discrets

, , , ,

Publié le

Made in France Dans la foulée de notre série "made in France, made in Monde : les champions cachés de l’industrie", L’Usine Nouvelle lance une chaîne d’information dédiée aux ETI pour continuer à raconter ces formidables success-story.

ETI : des champions de l'industrie trop discrets © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Les ETI ? Nous en avons trop peu : 4600 sont recensées en France quand l’Allemagne en affiche le triple et l’Italie le double. Les ETI ? Nous en parlons trop peu : aucun média (à part L’Usine Nouvelle) n'ose faire la Une sur ces success-story. Les ETI ? Nous y prêtons trop peu attention : aucun politique n’ose en faire son cheval de bataille. Pourtant, les ETI, ces entreprises de taille intermédiaire, ce Mittlestand français, font beaucoup pour notre pays. Un chiffre seulement pour s’en convaincre, tiré de notre baromètre exclusif Asmep-ETI/Trendeo/L'Usine Nouvelle : en dix ans, les ETI ont créé 80 000 emplois nets, quand, dans le même temps, les grands groupes en ont détruit presque autant.

À l’heure où la France tente péniblement d’inverser la courbe du chômage, c’est une performance qui devrait inciter nos décideurs à se pencher de près sur les facteurs clés de succès de cette drôle de catégorie d’entreprise. À leur décharge, c’est vrai qu’elles sont difficiles à cerner les ETI. On y trouve, pêle-mêle, des industriels, des distributeurs et des entreprises de service. On y côtoie des petites structures réalisant 50 millions d’euros de chiffre d’affaires comme des grosses entités engrangeant plus d’un milliard d’euros de revenus par an. On y rencontre des patrons pilotant 250 salariés et des "big boss" à la tête d’une division de 5000 ouvriers, ingénieurs et techniciens. On y découvre aussi des boîtes familiales comme des filiales de grands groupes.

vision à long terme

A priori, rien de commun entre toutes ces structures. Sauf leur philosophie. Quelles que soient leurs tailles, ces ETI et leurs capitaines d’industrie ont l’amour du temps long. Pour eux, rien ne peut se décider à la petite semaine. Comme me le confiait l’un d’entre eux récemment, quand il doit prendre des décisions stratégiques, c’est à son grand-père qu’il pense... comme pour mieux se garder de succomber à l’agitation du court terme. Un autre encore reconnaissait que penser long terme, cela voulait dire projeter ses décisions à l’échelle d’une génération. Rien de moins. Autant dire une éternité pour la plupart des entreprises sujettes à la loi des marchés. Mais, dans les ETI, c’est ainsi : on prend le temps de mûrir ses décisions. Ce qui ne veut pas dire que l’on s’endort sur son héritage. Bien au contraire, par l’innovation et l’expansion internationale, tous ont à cœur de faire fructifier ce que la génération précédente leur a laissé.

C’est pour révéler ces modèles industriels originaux que L’Usine Nouvelle lance aujourd’hui une chaîne, sur son site usinenouvelle.com, dédiée aux entreprises de taille intermédiaire. Vous y trouverez chaque jour l’actualité de ces champions cachés de l’industrie, des portraits de leurs dirigeants, des études sur leur impact économique. Vous y lirez chaque semaine aussi la chronique de Fabrice Brégier, PDG d’Airbus et président de Pacte PME, qui nous présentera son fournisseur coup de cœur. Vous découvrirez aussi à travers notre rubrique "Inventé près de chez vous" comment ces ETI innovent pour maintenir une grande partie de leur base de production en France. Oui, ces entreprises gagnent à être connues. Pas tant pour elles (elles préfèrent la discrétion aux feux de la rampe médiatique) mais pour nous, pour vous et notre pays. Pour que l’on réapprenne à leur contact ce qu’industrie veut vraiment dire.

Thibaut De Jaegher

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

17/10/2013 - 14h13 -

Le fait de mettre les ETI dans la lumière n'est pas à proprement parler si intéressant:
- ceci peut suciter des envies de concurence y compris de grands groupes qui en ignoraient certains
- le succès de ces ETI, devenant publique, attise les "chasseurs" du fisc, puisqu'ils sont "interéssés" aux résultats
- si certaines ETI, alors qu'elles en ont les moyens, ont choisi de rester cachées c'est pour vivre heureuses ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle