États-Unis : Le retour à l'emploi doit rester une priorité pour la Fed, dit Bostic

WASHINGTON (Reuters) - La période de forte inflation aux États-Unis pourrait durer un peu plus longtemps que prévu mais la banque centrale devrait éviter de resserrer sa politique monétaire trop tôt alors que la bataille pour regagner les 7,5 millions d'emplois toujours manquants depuis la pandémie de COVID-19 n'est pas encore gagnée, a annoncé mercredi le président de la Réserve fédérale d'Atlanta.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

États-Unis : Le retour à l'emploi doit rester une priorité pour la Fed, dit Bostic
La période de forte inflation aux États-Unis pourrait durer un peu plus longtemps que prévu mais la banque centrale devrait éviter de resserrer sa politique monétaire trop tôt alors que la bataille pour regagner les 7,5 millions d'emplois toujours manquants depuis la pandémie de COVID-19 n'est pas encore gagnée, a annoncé mercredi le président de la Réserve fédérale d'Atlanta, Raphael Bostic (photo). /Photo d'archives/REUTERS/Clodagh Kilcoyne

La récente flambée des prix sera temporaire mais un temporaire qui s'avérera "plus long que nous ne l'avions prévu au départ", a déclaré Raphael Bostic à la National Public Radio, ajoutant qu'elle pourrait durer de six à neuf mois au lieu de deux à trois mois.

Il a déclaré que la Fed devrait néanmoins garder à l'esprit les 7,5 millions d'emplois perdus depuis le début de la crise sanitaire pour évaluer la situation de la reprise américaine.

Certains responsables estiment que les départs à la retraite et d'autres décisions individuelles pourraient compliquer le retour de l'emploi au niveau d'avant crise.

"C'est un repère que nous devons tous garder à l'oeil. Nous devons nous assurer que nos politiques ne pivotent pas d'une manière qui donnerait l'impression que nous déclarons victoire prématurément", a-t-il déclaré à la radio.

A l'issue de sa dernière réunion, la banque centrale américaine a annoncé qu'elle pourrait se préparer à relever les taux d'intérêt dès 2023 et non plus en 2024.

(Reportage Howard Schneider, version française Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS