Etats-Unis: La reprise loin d'être complète, l'inflation va ralentir, déclare Powell (Fed)

WASHINGTON (Reuters) - Le marché du travail aux Etats-Unis est "encore loin" d'avoir enregistré les progrès que la Réserve fédérale estime nécessaires pour lui permettre de réduire ses soutiens et l'inflation, actuellement élevée, devrait refluer dans quelques mois, a déclaré mercredi Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale américaine.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Etats-Unis: La reprise loin d'être complète, l'inflation va ralentir, déclare Powell (Fed)
Le marché du travail aux Etats-Unis est "encore loin" d'avoir enregistré les progrès que la Réserve fédérale estime nécessaires pour lui permettre de réduire ses soutiens, a déclaré mercredi Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale américaine. /Photo prise le 22 juin 2021/REUTERS/Graeme Jennings

"L'inflation a augmenté de manière notable et devrait rester élevée dans les mois à venir avant de s'atténuer", explique-t-il dans la déclaration rédigée à l'occasion de son audition par la commission des Services financiers de la Chambre des représentants.

Il reprend ainsi le discours actuel de la banque centrale américaine selon lequel la hausse soutenue des prix à la consommation observée depuis plusieurs mois est liée à la réouverture de l'économie après la crise du coronavirus et devrait donc n'être que transitoire.

Parallèlement, "il reste un long chemin à parcourir" pour redresser le marché du travail, qui n'a toujours pas recréé quelque 7,5 millions d'emplois détruits au début de la crise, avec un impact surtout sensible sur les plus bas salaires et les minorités, ajoute Jerome Powell.

Ces déclarations suggèrent que le président de la Fed réaffirmera face aux représentants que la forte reprise en cours devrait permettre de créer encore plusieurs millions d'emplois et que l'inflation devrait rester ancrée autour de l'objectif de 2% que s'est fixé la banque centrale, donc qu'il n'y a aucune raison de resserrer prématurément la politique monétaire.

La poursuite des achats d'obligations sur les marchés et le maintien de taux d'intérêt quasi nuls devraient ainsi "faire en sorte que la politique monétaire continue d'assurer un soutien puissant à l'économie jusqu'à ce que la reprise soit complète", dit Jerome Powell.

Son audition par les membres de la commission des Services financiers de la Chambre doit débuter à 12h00 (16h00 GMT). Jeudi, il répètera l'exercice face aux membres de la commission bancaire du Sénat à 09h30 (13h30 GMT).

Lors de la réunion de politique monétaire de juin, certains responsables de la Fed ont jugé qu'elle pourrait être contrainte de réduire ses soutiens plus tôt que prévu en raison de l'accélération de la hausse des prix.

Jerome Powell redit que des discussions sont en cours au sein de l'institution sur le calendrier futur de la diminution des achats d'obligations, poursuivis actuellement au rythme de 120 milliards de dollars (102 milliards d'euros) par mois.

Il n'évoque pas dans sa déclaration les risques liés à l'apparition du variant Delta du coronavirus.

"Les créations d'emplois devraient être fortes au cours des mois à venir avec la poursuite de l'amélioration de la situation sanitaire et l'atténuation de certains des autres facteurs liés à la pandémie qui pèsent actuellement sur elles", écrit-il.

(Reportage Howard Schneider, version française Marc Angrand, édité par Nicolas Delame)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS