Etats-Unis : la récession au coin de la rue ?

Les nouvelles en provenance des Etats-Unis se suivent et se ressemblent : la récession se profile. Analyses et entretien avec Jean-Marc Lucas, économiste chez BNP Paribas.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Etats-Unis : la récession au coin de la rue ?
Fin février, la Réserve fédérale publiait les débats qui l'avaient amené à baisser très fortement ses taux : la conviction que la croissance prévue en 2008 serait comprise entre 1,3 et 2%. L'institut Bloomberg a rendu public les résultats d'un sondage pour le premier semestre : la croissance du PIB y ressort à 0,5% contre 1% il y a un mois. Aujourd'hui, le principal motif d'inquiétude vient des ménages. Leur consommation jusque là avait tenu bon contre vents et marées. Elle était notamment soutenue par des crédits indexés sur la valeur de leurs biens immobiliers. La chute des prix immobiliers conséquente à la crise des subprimes rend d'autant plus prudent, qu'aux Etats-Unis les prix à la consommation augmentent à nouveau. La hausse a atteint 3,7% en janvier sur douze mois.

Des banques frileuses

Seconde conséquence de la crise des subprimes : les mises en chantier de logements neufs ont baissé de 1,7% en janvier. Pour le secteur industriel, les perspectives ne sont pas plus réjouissantes, les banques risquant de resserrer de plus en plus la distribution de crédits.

Ce second effet pourrait traverser les frontières. Mondialisation financière oblige, les banques françaises présentes aux U.S.A. ont été touchées par les subprimes. Elles pourraient elles aussi devoir resserrer la distribution de crédit bancaire. La seule bonne nouvelle pour l'Amérique l'est beaucoup moins pour les pays de l'Union européenne. La faiblesse du dollar soutiendra les exportations américaines. Ce qui va faire des Etats-Unis un redoutable concurrent pour l'industrie européenne. Les airbus sont-ils comme l'arbre qui cache la forêt ?

Christophe Bys


« Une récession américaine est probable »

Analyse de Jean-Marc Lucas, économiste en charge des Etats-Unis chez BNP Paribas


Quelles sont les causes des difficultés actuelles de l'économie des Etats-Unis ?
La première cause est le retournement du marché immobilier, visible dès le milieu de l'année 2005. La crise financière dite des subprimes est venue ensuite. Elle est bien sûr liée aux causes réelles et elle vient les renforcer. Jusqu'en fin d'année dernière, les autres composantes du PIB - consommation et investissement non résidentiel - ont résisté. La nouveauté est qu'à notre avis, cela est fini.

Les Etats-Unis vont-ils entrer en récession ?
Très probablement. Nous anticipons une légère diminution du PIB américain au 1er semestre 2008. La détérioration du marché du travail ces 9 derniers mois est à cet égard significative. La hausse du taux de chômage n'est jamais aussi forte en dehors des périodes de récession. En outre, la Fed a baissé de 225 points de base son principal taux directeur. Ce faisant, elle laisse penser qu'elle craint la récession.

La campagne électorale risque-t-elle de nuire à la conjoncture économique ?
La préparation des élections a conduit les démocrates et les républicains à se mettre plus vite d'accord au Congrès pour la mise au point de la relance budgétaire. Même si les deux camps sont fondamentalement en phase sur la nécessité d'un soutien à l'activité, la recherche d'un compromis sur les modalités précises de la relance a sans doute été facilitée par l'approche des élections. Aujourd'hui, aucun des deux partis ne prendrait la responsabilité de bloquer le processus.

Quel effet sur le dollar ? Et sur les économies européennes ?
La dépréciation du dollar, à l'oeuvre depuis plusieurs années, a été renforcée par l'accès de faiblesse de l'économie américaine. Les économies européennes vont donc être pénalisées par le ralentissement de l'économie mondiale et par le taux de change dollar euro qui nuit à la compétitivité prix, sans parler des effets négatifs transitant par les marchés financiers. La croissance en France devrait être en phase avec celle de la zone euro. La croissance française résiste mieux en période de ralentissement...



Propos recueillis par C.B.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS