États-Unis: La consommation a ralenti; pressions inflationnistes

WASHINGTON (Reuters) - Les dépenses de consommation ont ralenti en octobre aux Etats-Unis, le coup de fouet donné aux achats de remplacement par les ouragans, en particulier dans l'automobile, tendant à s'effacer, tandis que les pressions exercées par les prix se sont accrues pour le deuxième mois d'affilée, augurant peut-être de la fin d'une récente tendance désinflationniste.
Partager
États-Unis: La consommation a ralenti; pressions inflationnistes
Les dépenses de consommation ont ralenti en octobre aux Etats-Unis, le coup de fouet donné aux achats de remplacement par les ouragans, en particulier dans l'automobile, tendant à s'effacer, tandis que les pressions exercées par les prix se sont accrues pour le deuxième mois d'affilée, augurant peut-être de la fin d'une récente tendance désinflationniste. /Photo d'archives/REUTERS/Rick Wilking

Le département du Commerce a annoncé jeudi que ces dépenses, qui représentent plus des deux tiers du Produit intérieur brut (PIB) américain, ont augmenté de 0,3% le mois dernier après une avancée de 0,9% en septembre (+1,0% en première estimation), la plus marquée depuis août 2009.

La hausse d'octobre est conforme au consensus.

Les achats de biens durables, comme l'automobile, ont baissé de 0,1% après un bond de 2,9% en septembre. Les achats de biens non durables ont augmenté de 0,2% et ceux de services de 0,3%.

L'indice PCE des prix de détail hors alimentation et énergie ("core"), mesure de l'inflation privilégiée par la Réserve fédérale, a augmenté de 0,2% en octobre comme en septembre, et de 1,4% sur 12 mois à fin octobre comme à fin septembre.

En prenant en compte ces tensions inflationnsites, ce que l'on appelle les dépenses de consommation "réelles" ont augmenté de 0,1% en octobre après +0,5% en septembre.

Les dépenses de consommation ont progressé de 2,3% annualisés au troisième trimestre après +3,3% le trimestre précédent.

Cette hausse des dépenses se fait aux dépens de l'épargne car la croissance des salaires reste modeste.

Le revenu des ménages a augmenté de 0,4% en octobre comme en septembre. Les salaires ont augmenté de 0,3% le mois dernier.

L'épargne représentait 457,3 milliards de dollars en octobre contre 429,9 milliards en septembre, ce qui était le montant le plus bas depuis août 2008.

Le taux d'épargne ressort à 3,2% en octobre contre 3,0% en septembre, le taux le plus bas depuis décembre 2007.

(Lucia Mutikani, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS