Etats-Unis: L'ajout d'une mesure au plan d'infrastructure des démocrates suscite l'ire des républicains

par David Morgan, Richard Cowan et Andrea Shalal

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Etats-Unis: L'ajout d'une mesure au plan d'infrastructure des démocrates suscite l'ire des républicains
Quelques heures après que le président américain Joe Biden a annoncé qu'un accord bipartite sur le plan pour rénover les infrastructures avait été trouvé, le chef de file de la minorité républicaine au Sénat s'est insurgé contre les plans visant à ajouter au projet de loi bipartisan de 1.200 milliards de dollars (1.005 milliards d'euros) une autre mesure finançant ce que les démocrates appellent les "infrastructures humaines". /Photo prise le 24 juin 2021/REUTERS/Kevin Lamarque

WASHINGTON (Reuters) - Quelques heures après que le président américain Joe Biden a annoncé qu'un accord bipartite sur le plan pour rénover les infrastructures avait été trouvé, le chef de file de la minorité républicaine au Sénat s'est insurgé contre les plans visant à ajouter au projet de loi bipartisan de 1.200 milliards de dollars (1.005 milliards d'euros) une autre mesure finançant ce que les démocrates appellent les "infrastructures humaines".

Joe Biden et les principaux démocrates du Congrès - la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer - avaient depuis longtemps fait part de leur intention de lier l'accord bipartisan à un autre projet de loi prévoyant des dépenses pour les soins de santé et pour les services à l'enfance.

La seconde mesure serait adoptée par le biais d'une manoeuvre du Sénat appelée "réconciliation", ce qui lui permettrait d'entrer en vigueur sans le vote des républicains.

"Je m'attends à ce que dans les prochains mois, avant la fin de l'année fiscale, nous ayons voté sur ce projet de loi (bipartisan) - le projet de loi sur l'infrastructure - ainsi que sur la résolution budgétaire", a déclaré Joe Biden lors d'une conférence de presse. "Mais si un seul me parvient, je ne le signerai pas. C'est un tandem."

Cela a attiré une réponse sévère de Mitch McConnell.

"Moins de deux heures après avoir félicité publiquement nos collègues et approuvé en fait l'accord bipartisan, le président a pris la mesure extraordinaire de menacer d'y opposer son veto", a-t-il déclaré au Sénat.

Mitch McConnell, Nancy Pelosi et Chuck Schumer n'ont pas été directement impliqués dans les discussions bipartites sur le plan d'infrastructure. Le chef de file républicain n'a pas déclaré publiquement s'il soutiendrait l'initiative, bien qu'il l'ait qualifiée d'"encourageante" lors de son intervention au Sénat.

Les membres progressistes du Congrès - dont certains faisaient pression pour un projet de loi ambitieux de 6.000 milliards de dollars - avaient indiqué qu'ils ne soutiendraient pas le projet de loi bipartisan sans une mesure d'accompagnement.

Le plan comprend 579 milliards de dollars de nouvelles dépenses, destinées à financer des investissements majeurs dans le réseau électrique américain, le déploiement de l'internet haut débit et les transports ferroviaires.

(version française Camille Raynaud)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS