Imerys et J&J condamnés à verser 117 millions de dollars à un américain atteint d'un cancer

Aux Etats-Unis, le français Imerys et le laboratoire américain Johnson & Johnson ont été condamnés à verser au total 117 millions de dollars à un homme atteint d'un cancer. Le plaignant affirme avoir développé ce cancer à cause d'une poudre pour bébés de J&J qui contiendrait de l'amiante. Une filiale d'Imerys, spécialiste des minéraux industriels, a fourni le talc utilisé par J&J.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Imerys et J&J condamnés à verser 117 millions de dollars à un américain atteint d'un cancer
Imerys et Johnson & Johnson ont été condamnés par un tribunal du New Jersey à verser conjointement 37 millions de dollars à la suite de la plainte d'un homme affirmant avoir développé un cancer.

Une filiale d'Imerys et le laboratoire américain Johnson & Johnson devront verser au total 117 millions de dollars (94,6 millions d'euros) à la suite de la plainte d'un américain affirmant avoir développé un cancer dû à son exposition à l'amiante contenue dans des produits à base de talc. Le jury a ordonné aux sociétés de verser 80 millions de dollars supplémentaires de dommages punitifs à Stephen Lanzo.

Le jeudi 5 avril, le tribunal du New Jersey condamnait déjà les entreprises à verser conjointement 37 millions de dollars (30,2 millions d'euros) au plaignant. Imerys, qui a fourni le talc utilisé par J&J, a été jugé responsable à hauteur de 30% et le laboratoire américain à hauteur de 70%.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le plaignant, Stephen Lanzo, affirme avoir développé un mésothéliome en raison de l'inhalation de fibres due à l'utilisation régulière de produits de J&J à base de talc depuis sa naissance en 1972. Le mésothéliome est une forme de cancer étroitement liée à l'amiante. Il s'agit d'une tumeur maligne qui affecte la membrane protectrice recouvrant la plupart des organes internes du corps, dont la plèvre.

J&J rejette les accusations

C'est la première fois que J&J perd un procès sur la base d'accusations selon lesquelles ses produits à base de talc contiennent de l'amiante. Le groupe dément ces accusations et affirme que sa poudre pour bébés Baby Powder, commercialisée depuis 1894, ne contient pas d'amiante et ne provoque pas de mésothéliome.

A la suite de la première condamnation, Imerys n'avait pas encore répondu aux demandes de réaction.

(Nate Raymond à Boston; Bertrand Boucey pour le service français)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS