Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Etape clé pour la restructuration d'Areva qui attend l'accord de Bruxelles

, ,

Publié le , mis à jour le 16/12/2016 À 07H07

Infos Reuters PARIS (Reuters) - Areva a annoncé jeudi avoir reçu des offres fermes d'investisseurs qui proposent 500 millions d'euros pour acquérir 10% du capital de NewCo, le 'nouvel Areva' recentré sur le combustible nucléaire. Le groupe continue à discuter avec d'autres partenaires potentiels pour obtenir les meilleures conditions.

Etape clé pour la restructuration d'Areva qui attend l'accord de Bruxelles
Areva a annoncé jeudi avoir reçu des offres fermes d"investisseurs qui proposent 500 millions d"euros pour acquérir 10% du capital de NewCo, le "nouvel Areva" recentré sur le combustible nucléaire. /Photo prise le 25 février 2016/REUTERS/Jacky Naegelen
© Jacky Naegelen / Reuters

Le plan de sauvetage du groupe public passe par deux augmentations de capital de 5 milliards d'euros au total, dont une de 3 milliards pour NewCo, pour lesquelles l'Etat envisageait de limiter sa participation à 4 milliards selon un dossier transmis l'été dernier à Bruxelles.

"Nous avons reçu des offres d'investisseurs de premier plan pour NewCo", a dit lors d'une conférence téléphonique le directeur général du groupe Philippe Knoche, ajoutant qu'Areva ne préciserait pas l'identité de ces investisseurs ni la taille de leurs participations respectives.

"On poursuit nos discussions activement avec d'autres investisseurs tiers", a-t-il ajouté. "On a pour objectif d'obtenir autant d'investisseurs tiers que possible mais on n'est pas prêts - et l'Etat non plus - à avoir des actionnaires dans des conditions qui ne seraient pas acceptables", a souligné Philippe Knoche. "Il est important que les investisseurs (...) entrent tous aux mêmes conditions, c'est un point que l'on affirme avec l'Etat à tous les investisseurs", a-t-il précisé.

Des sources au fait du dossier avaient indiqué à Reuters ces derniers jours que les discussions avançaient bien avec les investisseurs japonais potentiels, à savoir Mitsubishi Heavy Industries et JNFL. Ces même sources avaient précisé que les discussions étaient plus difficiles avec le chinois CNNC, désireux d'être le premier des actionnaires minoritaires de NewCo, et que le kazakh Kazatomprom, un temps pressenti, était désormais hors course.

L'accord de Bruxelles : "la prochaine étape clé"

Areva qui doit encore obtenir le feu vert des autorités européennes de la concurrence, a d'ores et déjà décidé de convoquer pour le 3 février une assemblée générale des actionnaires d'Areva SA, qui sera transformé en structure de défaisance, pour approuver l'augmentation de capital "d'Areva SA de 2 milliards d'euros, dont la souscription est à ce jour envisagée comme étant exclusivement réservée à l'Etat", précise Bercy dans un communiqué. L'assemblée générale de NewCo devrait se tenir vers la même date.

"On est dans l'hypothèse que le dossier est aujourd'hui complet et peut répondre aux critères (de Bruxelles)", a souligné Philippe Knoche, précisant que l'Etat avait notifié à la Commission européenne les derniers éléments du plan de sauvetage. "L'autorisation de la Commission européenne pour engager la recapitalisation d'Areva sera la prochaine étape clé", explique Michel Sapin, le ministre de l'Economie et des Finances, dans un communiqué.

Validation de la cession Areva TA à l'Etat

Le groupe a aussi validé la cession à l'Etat de sa filiale Areva TA, spécialisée dans la conception, la réalisation, la mise en service et le maintien en conditions opérationnelles des réacteurs nucléaires compacts pour la propulsion navale et des réacteurs et installations nucléaires de recherche. Cette cession est le dernier volet du plan de transformation d'Areva. "L'Etat deviendra l'actionnaire majoritaire de cet auteur clé de la politique de dissuasion nucléaire de la France, aux côtés du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternative (CEA) et de DCNS", détaille Bercy dans un communiqué.

Cette opération intervient après la signature mi-novembre d'un accord prévoyant la cession à EDF de son activité réacteurs (Areva NP).

Les objectifs 2016 confirmés

Le directeur général a également fait savoir que la situation de trésorerie d'Areva lui permettrait de ne pas utiliser un crédit-relais de 1,2 milliard d'euros que le groupe avait obtenu début 2016. Mais, Areva n'a pas exclu de devoir faire appel à un prêt d'actionnaires auprès de l'Etat - environ 87% du capital aujourd'hui - pour couvrir tout besoin de liquidité qui pourrait intervenir avant ses augmentations de capital.

Le groupe devra rembourser quelque 800 millions d'euros de lignes bilatérales réparties sur l'ensemble de 2017 et une obligation, de 800 millions également, arrivant à échéance début octobre prochain, a précisé son directeur général

Areva a également confirmé ses objectifs pour 2016, avec une prévision de consommation de cash maintenue, à un niveau compris entre 0,9 et 0,6 milliard d'euros.

"L'Etat renouvelle son plein engagement à finaliser cette refondation (de la filière nucléaire française) et sa confiance aux dirigeants d'Areva pour mener à bien la réorganisation du groupe, et souligne les efforts importants consentis par tous ses salariés", a indiqué de son côté Bercy dans un communiqué.

Pour Reuters, Benjamin Mallet, édité par Dominique Rodriguez

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus