Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Et si Morpho, la branche sécurité de Safran, restait français ?

Pierre Monnier , ,

Publié le

Vu sur le web La branche sécurité de Safran est officiellement en vente depuis le mois de mai. Déjà amputé de Morpho Detection en avril, l'équipementier souhaite se recentrer sur ses activités liées à l'aéronautique et la défense. Philippe Petitcolin a annoncé que le sort de Morpho serait tranché à la rentrée.

Et si Morpho, la branche sécurité de Safran, restait français ? © Luc Perenom

Le motoriste français voulait se recentrer sur son cœur de métier, ce sera bientôt le cas. Après avoir cédé Morpho Detection, sa pépite dans la détection d'explosifs, Safran compte définitivement arrêter ses activités de sécurité avec la vente de Morpho à la rentrée.

Le Monde relate que Philippe Petitcolin, le patron de Safran, voit "un vrai intérêt" dans la vente de sa branche sécurité. L’officialisation de la mise en vente, à la mi-mai, a acté une volonté de se recentrer sur l’aéronautique et la défense.

Mais pour acquérir Morpho, il faudra que l’acheteur propose un projet viable pour la branche. "Si nous trouvons de bons projets parmi les cinq acheteurs issus des short-tests, nous vendrons", précise Philippe Petitcolin, lui-même ancien PDG de Morpho. Avant d’insister : "Ce qui m’intéresse, ce sont les projets. Si nous devons nous séparer de Morpho, c’est pour lui offrir un plus bel avenir."

Cinq repreneurs potentiels, Oberthur favori

Parmi les cinq repreneurs potentiels, on trouve les fonds Bain Capital, KKR et CVC, l’industriel Gemalto et le tandem formé par le fonds d’investissements américain Advent et le français Oberthur Technologies.

Le duo franco-américain serait même favori à en croire le portrait de l’acquéreur brossé par Safran, d’après Le Monde. Un avantage qu’Oberthur compte conserver, notamment en annonçant que le siège social de Morpho resterait en France et que le fond américain devrait s’effacer à moyen terme.

Néanmoins, les concurrents ont encore deux mois pour avancer leurs pions. Philippe Petitcolin dévoilera le nom du repreneur "fin septembre".

Pierre Monnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle