Et si les djihadistes fabriquaient une bombe sale…

Le scénario d’un attentat nucléaire lancé par les terroristes de l’Etat Islamique est loin d’être une simple hypothèse, à en croire plusieurs dirigeants réunis à Washington dans le cadre d’un sommet sur la sécurité nucléaire.

Partager

Les 30 et 31 mars, plusieurs dirigeants mondiaux sont réunis à Washington autour de Barack Obama, le Président des Etats-Unis, à l’occasion d’un sommet international sur la sécurité nucléaire, le quatrième du genre depuis 2010. Cette édition est marquée, entre autres, par la menace terroriste et djihadiste. Les attentats de Paris en 2015 et en Belgique en mars 2016, deux pays nucléarisés, ont attisé ces inquiétudes.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La crainte n’est pas tant une attaque sur une centrale nucléaire, que la possibilité pour un groupe terroriste de récupérer des matières radioactives afin de créer une bombe sale. Il s’agit d’une bombe avec un explosif classique qui pulvérise une quantité importante de particules irradiantes. Or l’accès à ces matières est loin d’être impossible, assure l’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

La question de la prolifération

La prolifération des matériaux radioactifs reste une préoccupation majeure de l’agence qui, depuis 20 ans, rapporte presque 3 000 cas de vols ou de pertes de substances irradiantes, parfois dans des zones où l’Etat Islamique est présent comme l’Irak. La prévention de cette prolifération passe par des accords internationaux. Dans le cadre d’un rendez-vous bilatéral avec François Hollande, Barack Obama a souligné l’effort réalisé dans le cadre des échanges transatlantiques.

Suite aux attentats de Bruxelles le mardi 22 mars, les autorités belges ont saisi des dizaines heures d'enregistrements visant un responsable de l’industrie nucléaire du pays, lors d’une perquisition. En France, le survol des installations nucléaires fin 2014, et à nouveau en mars 2016, soulève également des interrogations. Les auteurs n’ont pas été identifiés. Les autorités redoutent que les survols visent à observer les dispositifs de sécurité des installations nucléaires françaises. Plutôt qu’une attaque directe sur les centrales.

La bombe nord-coréenne

En fin de sommet, vendredi soir, Barack Obama devrait participer à une conférence de presse. Outre la menace du terrorisme djihadiste, le Président américain devrait aussi revenir sur le cas de la Corée du Nord qui, depuis début 2016, a multiplié les menaces nucléaires envers ses voisins. Récemment, Pyongyang affirmait même avoir fait exploser sa première bombe H.

Ludovic Dupin

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS