Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Et si le "Vélib' gate" était avant tout un problème de management

Christophe Bys ,

Publié le

Vu sur le web Dans un article publié par le site The Conversation, le professeur de sociologie Jean-Michel Saussois revient sur le Velib'gate. Il décortique les raisons qui auraient pu aider les autorités à mieux anticiper les événements. Le coût de transfert ou l'impact de la nouvelle structure n'ont peut être pas été pleinement intégrés à la décision. 

Et si le Vélib' gate était avant tout un problème de management
Les nouveaux vélos en libre service de Paris et la métropole parisienne.
© photo pascal Guittet

On pensait que tout avait été dit ou écrit sur les retards pris par les nouveaux vélos en libre-service de la métrole parisienne, avec plus ou moins de bonne foi, les sous-entendus politiques n'étant jamais très loin. L'analyse d'un professeur de sociologie, spécialiste de la décision publique est dès lors plus intéressante, car qu'on peut espérer qu'elle dépassionne le débat. Certes, c'est un utilisateur de vélib et il regrette le pataquès qui depuis quelques mois prive les Parisiens de ce moyen de transport qu'ils avaient pourtant adopté. En même temps, qui aurait fait du vélo dans le froid, sous la pluie ou dans les rues recouvertes de neige qu'a connu Paris depuis quelques semaine ?

Dans un article pour le site The Conversation, Jean-Michel Saussois, qui enseigne à l'ESCP Europe, a choisi de décrypter les causes d'un accident managériel et organisationnel. A la lumière de la théorie de la décision publique, les retards actuels semblent fatals et il eût fallu beaucoup de chance pour qu'il en fût autrement. Certes, on est toujours plus intelligent après. Reste que l'argumentation du sociologue semble pertinente et rappelle que dans ce type d'affaires, on sous-estime les dimensions managériale. 

Ennuis prévisibles

En particulier, l'expert s'intéresse à l'impact qu'a pû avoir le changement de périmètre de l'autorité décisionnaire. Le choix a été effectué, en effet, par la métropole parisienne, qui comprend la capitale et un ensemble de communes. Or, toutes n'étaient pas dans la même situation : certaines étant équipées de l'ancien système et d'autres non. En conséquence, la question du coût du transfert (soit le coût pour changer d'opérateur) a quasi-mécaniquement été sous-estimé. 

Jean-Michel Saussois s'intéresse finalement aux dimensions symboliques de la prise de décisoin et rappelle qu'il n'y a que dans les très vieux manuels d'économie que la rationalité est à la manoeuvre pour opérer un choix.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle