L'Usine Auto

Oubliez les capteurs... Et si l’IA était la solution pour les voitures autonomes?

Nicolas Robertson ,

Publié le

Vu sur le web Wayve, une jeune start-up britannique, a mis au point une intelligence artificielle qui a appris à piloter sans connaissance préalable. Elle s'est essayée sur un véhicule électrique français: la Renault Twizy.

Oubliez les capteurs... Et si l’IA était la solution pour les voitures autonomes?
Les prototypes de Wayve, des Twizy de Renault, sont équipés d'un logiciel IA pour maîtriser les rudiments de la conduite.
© Wayve

Amar Shah et Alex Kendall, tous les deux diplômés de l’université de Cambridge et co-fondateurs de la start-up Wayve ne croient pas dans les méthodes conventionnelles qui consistent à barder un véhicule de tous les capteurs possibles et imaginables.

Pour eux, la vrai recette pour faire des véhicules autonomes un moyen de transport fiable, c’est l’intelligence artificielle (IA) !

Un logiciel IA ayant pour modèle…l’homme 

La clé résiderait dans la capacité d’auto-apprentissage du logiciel. Les deux fondateurs se sont confiés au site anglophone TechCrunch sur leur conception de la voiture autonome idéale. "Wayve construit des logiciels intelligents pour décider comment contrôler un véhicule sur toutes les routes publiques. […]Plutôt que de concevoir notre solution à la main avec des systèmes fortement basés sur des règles, nous souhaitons construire un apprentissage machine piloté par les données à chaque niveau de notre système, qui apprendrait par l'expérience et non simplement par des instructions". Ils se sont notamment inspiré des méthodes de formation des jeunes conducteurs dans les auto-écoles.

Concrètement, les jeunes ingénieurs britanniques ont équipé un véhicule électrique français, la Renault Twizy, d’une caméra frontale qui à chaque essai, avec l’aide et les conseils de conducteurs humains dans l’habitacle, a corrigé un peu plus ses trajectoires pour finir, au bout d’une dizaine de minutes, par maîtriser les rudiments de la conduite.

Les inventeurs du logiciel se sont basés sur le modèle humain pour nourrir leur réflexion et imaginer ce principe qui, en plus d’apparaître plus fiable, demande moins de coût du fait d’un besoin moins impérieux en capteurs et outils en tout genre. "Les humains ont une capacité fascinante à effectuer des tâches complexes dans le monde réel, parce que nos cerveaux nous permettent d'apprendre rapidement et de transférer des connaissances à travers nos nombreuses expériences".

(Amar Shah et Alex Kendall, fondateurs de Wayve)

Google ? Uber ? Même pas peur !

Amar Shah, Alex Kendall, et les dix personnes qui composent Wayve sont des experts en robotique et en intelligence artificielle qui ont déjà travaillé à la NASA, Google, Facebook ou encore Microsoft.

La start-up, qui est déjà soutenue par la société de capital-risque Compound basée à New York, Fly Ventures Europe et Firstminute Capital, une plateforme de services financiers, ne semble pas s’inquiéter de la forte concurrence des géants dans le domaine des voitures autonomes comme Baidu, Google ou encore Uber. "Certaines personnes dans l'industrie se demandent si l'approche novatrice de Wayve fonctionnera. Vous avez seulement une chance de rivaliser avec Google, Uber, si vous essayez, et êtes en mesure de faire quelque chose que les grands joueurs n'ont pas fait jusqu'à présent ou ne croient pas encore. Ensuite, vous pouvez avoir une longueur d'avance", estime Gabriel Matuschka, associé fondateur du fonds d'amorçage allemand Fly Ventures.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte