Et si l'Etat avait manqué d'ingénieurs pour gérer la crise du Covid-19

Historien, Patrick Weil a livré son explication de la gestion de la crise liée au Covid-19 en France. Il évoque notamment la formation uniforme et monocolore des énarques et l'absence d'ingénieurs capables d'organiser le ravitaillement au sein de la haute administration. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Et si l'Etat avait manqué d'ingénieurs pour gérer la crise du Covid-19
Le problème des énarques ? Ils n'ont pas fait l'école Polytechnique.

La thèse est originale et toute en nuances, ce qui, avouons-le, fait du bien. Historien et politologue, Patrick Weil a travaillé sur les questions d'immigration. Invité de l'édition matinale d'information de France Culture animée par Guillaume Erner, il a été interrogé sur la gestion de la pandémie de Covid-19 par le gouvernement français et le chef de l'Etat.

Loin de la critique en bloc de Marcel Gauchet, Patrick Weil estime qu'on ne peut pas dire qu'il y a eu une faillite générale de l'appareil d'Etat et s'en explique. Ce qui ne l'empêche pas de critiquer certains aspects et d'apporter un éclairage original sur les causes de ce qu'on nommera, au choix, cafouillage, ratage ou scandale.

A LIRE AUSSI

Une élite monocolore

Selon lui, une des explications des difficultés rencontrées serait à chercher dans la formation des membres de la haute administration. Trop d'énarques et plus assez d'ingénieurs, est-on tenté d'écrire pour résumer sa pensée balancée. Il rappelle ainsi le rôle de Jean Monnet en 1914 (autodidacte né dans une famille de négociants en cognac, qui apprit "sur le terrain" ce qu'on appelle désormais la logistique), qui prit en charge la question du ravitaillement. "A l'époque, il y avait beaucoup plus d'ingénieurs dans l'Etat. Il y avait des polytechniciens qui aimaient leur métier d'ingénieur, qui n'étaient pas attirés par la finance et c'est ça qu'aujourd'hui il n'y a plus", estime Patrick Weil.

Pour autant, il ne fait pas le procès des énarques mais critique le côté monocolore de cette formation. En 1914, "il y avait de la diversité dans l'administration".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS