Et si Apple était derrière l’OPA hostile de Broadcom sur Qualcomm ?

Malgré l'opposition de Qualcomm, Broadcom réaffirme sa volonté d’aller au bout de son OPA hostile sur le leader mondial des puces mobiles. Une opération qui serait téléguidée par Apple, client majeur des deux entreprises. Analyse des raisons qui le pousseraient à la manoeuvre dans l'ombre.

Partager
Et si Apple était derrière l’OPA hostile de Broadcom sur Qualcomm ?
Tim Cook, PDG d'Apple, tire-t-il les ficelles de l'OPA de Broadcom sur Qualcomm? (ici en visite dans la PME normande Eldim)

Alors que Qualcomm a rejeté son offre publique d’achat hostile de 130 milliards de dollars lancée le 6 novembre 2017, Broadcom réaffirme son engagement pour mener à bout l’OPA, quitte à relever le montant. Alors pourquoi cet entêtement ? Derrière cette opération sans précédent dans l’industrie des semiconducteurs par son montant et son audace se cacherait un acteur de l’ombre et pas des moindres : Apple. Broadcom agirait en réalité à la demande pressante et pour le compte du géant californien des mobiles.

Ascendance d'Apple sur ses fournisseurs

"Ce qu’Apple demande, il l’obtient toujours, confie à L’Usine Nouvelle sous le sceau de l’anonymat le représentant d’un grand fournisseur de la firme à la pomme. On n’a aucune idée de l’ascendance qu’il exerce sur ses fournisseurs. Je ne serais pas surpris que Broadcom agisse à sa demande"

Broadcom fait en effet figure de grand fournisseur d’Apple. Il lui fournit de nombreux circuits radiofréquences, des composants de connectivité comme le GPS en encore le circuit de recharge sans fil. Sur la nouvelle génération d’iPhone, il s’attend à voir son contenu en dollars croitre de 40%. Les relations entre son PDG Hock Tan et le patron de la firme à pomme Tim Cook sont qualifiées d'excellentes.

Apple et Qualcomm à couteaux tirés

La situation est autre entre Apple et Qualcomm, son fournisseur historique de modems cellulaires. Depuis fin 2016, les deux groupes sont à couteaux tirés, devant les tribunaux aux Etats-Unis, en Chine, au Royaume-Uni ou encore en Allemagne. En cause : les pratiques de Qualcomm dans la cession de licence de ses brevets qu’Apple juge abusives. La firme à la pomme a suspendu le paiement de redevances de licence à Qualcomm, encourageant deux autres constructeurs majeurs de mobiles (Samsung et Huawei selon L’Usine Nouvelle) à suivre son exemple.

Apple se trouve toutefois confronté à un problème d’approvisionnement en modem cellulaire, composant clé qui assure l’interface entre le mobile et le réseau. Le groupe californien a ouvert le marché à Intel depuis l’iPhone 7, alors qu’auparavant il se fournissait exclusivement auprès de Qualcomm. Mais selon Sravan Kundojjala, analyste au cabinet Strategy Analytics, il ne peut aller jusqu’au bout en évinçant complètement son fournisseur historique devenu son ennemi juré. Qualcomm, leader mondial des modems avec 50% du marché, a une telle avance technologique sur ces composants qu’il reste incontournable.

Souci de sécurité d'approvisionnement

Apple pourrait résoudre le problème en rachetant Qualcomm. Il en a parfaitement les moyens. Mais s’il se montre boulimique en start-up et pépites sur des technologies pointues, il refuse de racheter des grandes entreprises de composants. Ceci n’entre pas dans son modèle de vente d’équipements connectés, de logiciels et services. En revanche, il reste très soucieux de la sécurité de sa chaine d’approvisionnement et n’hésite pas presser ses fournisseurs clés à agir en son nom pour garantir cette sécurité.

C’est ce qu’il semble avoir fait lors de l’épisode de Sharp, l’un de ses fournisseurs clés d’écrans LCD et de modules de caméra. Il aurait encouragé Foxconn, son plus grand sous-traitant en fabrication, à s’emparer du groupe japonais d’électronique pour éviter qu’il tombe entre les griffes du coréen Samsung, son grand rival dans les mobiles. De même, il était à la manœuvre dans l’ombre pour influencer la vente des mémoires flash NAND de Toshiba tantôt à Broadcom, tantôt à Foxconn, tantôt à Western Digital, pour au final participer directement au consortium Pangea mené par le fonds d’investissement Bain Capital.

Intérêt faible pour Broadcom

Le rachat de Qualcomm par Broadcom mettrait fin aux disputes avec Apple en se débarrassant du management actuel de Qualcomm et en revoyant l’accord de licence de brevets avec la firme à la pomme. Selon Sravan Kundojjala, Broadcom convoite une seule activité de Qualcomm : les modems. Un intérêt faible qui justifie peu l’ampleur de cette transaction. En revanche, avec la prise en compte des intérêts d'Apple, l’opération prend tout sens.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

92 - Vaucresson

Exploitation, gestion et entretien de deux établissements d'accueil du jeune enfant de la Croix Blanche et Jardy

DATE DE REPONSE 11/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS