Et hop! Gerflor et Paprec recyclent des dalles PVC

Gerflor recycle déjà 90% de ses 25 000 tonnes de chutes de production de revêtements de sol. Avec Paprec, le géant du lino veut atteindre les 100%, et même récupérer des chutes de pose, voire dans un troisième temps des produits en fin de vie sur les chantiers de déconstruction. Pour cela, il a ouvert à Trémentines, dans le Maine-et-Loire, une ligne pilote sur le site de Paprec Plastiques.

Partager
Et hop! Gerflor et Paprec recyclent des dalles PVC
En réalité, une grande partie des dalles ne sont plus collées. Une bonne nouvelle pour les recycleurs du futur.

A Trémentines, dans l’usine de Paprec Plastiques, un broyeur avale des chutes de revêtements de sols qui redeviendront granulés de PVC, puis dalles et lames Gerflor. Le site, spécialisé dans le recyclage du PVC rigide (fenêtres, volets, tubes, etc), vient de relever un nouveau défi: recycler des PVC souples. En coentreprise avec Gerflor, il a développé, grâce à un investissement partagé de 3 millions d’euros, une ligne pilote de tri et de recyclage des chutes du géant du lino. Elle est pour l’instant opérée par les équipes habituelles de Paprec Plastiques, qui devrait embaucher à court terme 4 à 5 personnes. Si, comme les deux partenaires l’espèrent, le projet débouche sur la construction d’un site dédié en Rhône-Alpes, près des trois sites Gerflor, il faudra alors envisager 10 à 15 embauches. Et un investissement estimé à une dizaine de millions d’euros.

"Le consommateur est désormais prêt à entendre qu’un produit peut contenir du recyclé sans pour autant perdre en qualité", explique Olivier Leclercq, directeur d’agence chez Paprec. "Sur le site, un laboratoire monté pour accompagner les clients dans leur démarche de certification CSTB [Centre scientifique et technique du bâtiment] garantit à la fois le respect des normes et la traçabilité de la matière." Une précision importante, car de nombreux industriels considèrent encore ces matières comme des sous-produits, forcément moins qualitatifs, donc moins chers. Or le recyclage est une industrie de labeur, qui nécessite à la fois des bras et des savoir-faire. Sa vertu environnementale devrait être valorisée dans les produits qui réemploient les matières.

"Le projet commun est de récupérer un maximum de matière, d’abord celles dont la qualité est maîtrisée [les chutes de production des usines Gerflor, ndlr], puis des produits plus complexes, en mélange, dont il faut au préalable séparer les éléments perturbateurs du recyclage", explique le directeur du site. Paprec travaille là pour l’avenir, puisque dans trois ans 70% des déchets du BTP devront être valorisés, contre 63% aujourd'hui.

Tri manuel

Comme souvent dans le recyclage, à Trémentines, tout commence par un tri, qui se fait ici manuellement pour éliminer les scories présentes dans les chutes. Pour les chutes de production, très propres, pas de problème. Par contre les chutes venues des chantiers sont polluées par des résidus de gravats, de ciment, de rouleau adhésif, d’étiquettes et des lames de cutter que n’aime pas du tout le broyeur. Celles qui ne sont pas identifiées visuellement sont repérées, sur le convoyeur, par un détecteur de métaux.

Broyées, au besoin déferraillées par deux systèmes de détection des métaux ferreux et non-ferreux, les chutes sont ensuite transférées sur une ligne dédiée qui chauffe, filtre, broie, puis granule le PVC. En bout de ligne, ces granulés de PVC conformes aux normes CSTB et Reach entreront dans la composition des sous-couches de revêtements de sol Gerflor, notamment des sols sportifs. Le groupe fournit, entre autres, une grande partie des planchers multicouches sur lesquels joue l’équipe de France de handball.

Comme le fera le client final, Paprec charge des échantillons de matière dans une extrudeuse qui sort des bandes plates dont le laboratoire mesure la qualité. Un rapport indique le taux d’impuretés, de plomb, de métaux lourds (par fluorescence X) pour fournir un produit conforme aux exigences de la norme Reach. Pour les PVC rigides, il ajoute des tests de rigidité et de résistance à la chaleur.

Découvrez le process de recyclage en vidéo:

Augmenter l’emploi de matière recyclée

Pour Gerflor aussi, l’enjeu est important. Le groupe, qui recycle déjà quelque 20 000 tonnes de matière en interne, en boucle très courte, compte sur le savoir-faire de Paprec pour atteindre un objectif de 100% de chutes de production recyclées, matières complexes comprises. Puis il développera la collecte sur les chantiers. "Nous n’avons pas de limitation, dans le cadre du projet, en termes de capacité d’absorption, affirme Eric Piaud, responsable recyclage chez Gerflor. Aujourd’hui, quelque 25% des matières qui entrent dans la composition de nos produits sont recyclées, avec de grandes différences suivant les gammes. Les exigences sont variables, mais très élevées dans certaines applications [habitat, santé, hôtellerie…, Ndlr], où les impuretés sont limitées à quelques parts par million. Quant à l’exigence couleur, elle va au-delà de la sensibilité des appareils et le contrôle visuel en est le juge de paix. Heureusement, le recyclé monte en gamme."

Pour Gerflor, "l’objectif n’est pas financier, mais avant tout environnemental", selon Eric Piaud. Le groupe espère tout de même équilibrer cette transition, avant que l’optimisation du process et la hausse des volumes permette, un jour, de réaliser des économies sur la matière. Aujourd'hui, le projet Floor-to-floor sort 1700 tonnes. Demain, il espère en traiter 5000 à 7000 tonnes.

Sujets associés

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Samuel Valensi est un jeune metteur en scène engagé. Passionné de théâtre, il a décidé de quitter les bancs d'HEC pour écrire et mettre en scène. Il est...

Écouter cet épisode

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG.

Technicien de Maintenance en Matériel / Equipement H/F

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG. - 27/06/2022 - CDI - BORDEAUX

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

13 - Aix-en-Provence

Rénovation du bâtiment administratif loué par la Fédération Agirc-Arrco

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS