L'Usine Auto

Espionnage chez Renault : une affaire de guerre économique (Eric Besson)

,

Publié le

Eric Besson a qualifié l’affaire qui touche le groupe Renault de « sérieuse », craignant ainsi pour le secret industriel des entreprises françaises

Espionnage chez Renault : une affaire de guerre économique (Eric Besson)

Sommaire du dossier

Dans une interview sur RTL le 6 janvier, le ministre de l’Industrie est revenu sur l’affaire qui fait grand bruit en France depuis la veille. Selon lui, l’expression de « guerre économique est adaptée à ce cas ».

Trois cadres du groupe, dont un membre du comité de direction, ont en effet été mis à pied depuis le 3 janvier pour suspicion de diffusion d’informations confidentielles concernant l’entreprise, et plus particulièrement le projet phare du véhicule électrique.

Ce qu’a confirmé Eric Besson, même s’il se refuse à donner davantage d’informations sur l’affaire, tout comme Renault, en raison de la présomption d’innocence. La direction juridique du groupe a précisé que l'affaire touchait des actifs stratégiques, qu'il convient de protéger par la mesure conservatoire prise le 3 janvier. 

L’affaire pourrait avoir des conséquences plus profondes. Le ministre a demandé aux services de Bercy de renforcer les obligations en matière de sécurisation du secret industriel pour les entreprises bénéficiant de fonds publics.

« Ce cas illustre une nouvelle fois les risques pour nos entreprises en matière d’espionnage industriel, en matière d’intelligence économique, a –t-il commenté. C’est un péril globalement pour l’industrie française ».

A lire aussi : Le déroulé de l’affaire Renault

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

06/01/2011 - 14h07 -

Dans la culture d'entreprise de Renault, l'intox (désinformation) est une des armes manipulées pas toujours à bon escient; monter en épingle quitte à inventer des circonstances aggravantes permet d'excuser par avance des erreurs de stratégie, des pertes de marchés, des essais infructueux ou des échecs technologiques en les collant sur des présupposés coupables (il ne faut pas oublier la prégnance de la culture "moscovite" de la régie pendant tant d'années, même si elle s'est fortement dissipée aujourd'hui) Dans tous les cas de figure il est urgent d'en savoir plus si tant est que nous le puissions ...
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte