Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Espace : l’ESA reçoit un mandat pour travailler sur le scénario Ariane 6

Hassan Meddah , , ,

Publié le

Une semaine après les experts techniques, c’était au tour des ministres européens en charge du secteur spatial de se pencher, le mardi 23 septembre, sur les différents scénarios pour trouver un successeur au lanceur Ariane 5.

Espace : l’ESA reçoit un mandat pour travailler sur le scénario Ariane 6 © Arianespace

Un petit pas après l'autre, Ariane 6 devrait finir par rejoindre son pas de tir. Réunis dans le cadre d’une rencontre informelle à Zurich en Suisse, ce 23 septembre, les dirigeants politiques ont confié un mandat officiel à l’ESA (agence spatiale européenne) pour élaborer une proposition complète sur ce projet de nouveau lanceur low-cost qui serait décliné en deux versions, l’un légère pour mettre sur orbite les satellites institutionnels, l’autre lourde plus adaptée aux satellites commerciaux. L’agence spatiale européenne devra donc élaborer une proposition détaillée incluant les aspects techniques, financiers et juridiques. Ce scénario vient donc en compétition avec le scénario Ariane 5ME (Midlife Evolution, ndlr), une version intermédiaire et optimisée du lanceur Ariane 5 actuel (moteur réallumable, capacité d’emport 20% plus importante).

 

Retrouvez notre infographie Ariane 6 contre Ariane 5 ME : qui gagnera le match des lanceurs spatiaux ?

 

Toutefois des dissensions subsistent toujours entre les pays. Côté français, on souhaite voir Ariane 6 sur le pas de tir le plus rapidement possible. "La ministre Geneviève Fioraso a plaidé vigoureusement en faveur du scénario Ariane 6 pour 2020", explique son entourage. Outre-Rhin, en revanche, on s’interroge toujours et on semble avoir du mal à faire le deuil de l’option Ariane 5ME. "L’Allemagne a encore des interrogations auxquelles il faudra répondre", reconnaît-on dans l’entourage de la partie française.

verdict le 2 décembre

Plusieurs experts du secteur ont estimé que l’Europe ne pourrait pas financer les deux programmes à moins de retarder significativement Ariane 6, la fusée la plus à même de répondre à court terme à la concurrence de l’américain SpaceX. Au total, l’ESA dispose d’une enveloppe de 8 milliards d’euros pour le secteur des lanceurs pour ces 10 prochaines années.

Les pays décisionnaires devront trancher impérativement en décembre prochain à la réunion ministérielle de l’ESA prévue le 2 décembre au Luxembourg. Preuve qu’il reste encore des points à aplanir : des conseils de l’agence spatiale européenne sont programmés les 15 et 16 octobre, ainsi qu’une prochaine réunion informelle des ministres en novembre.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle