Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Eric Trappier, président du Gifas, confiant dans la solidité du marché aéronautique

Hassan Meddah ,

Publié le

Le président du Gifas réfute toute idée d'un retournement du marché aéronautique. Il a plaidé auprès du président de la République pour relever les crédits associés au programme d'investissements d'avenir octroyé à la filière .

Eric Trappier, président du Gifas, confiant dans la solidité du marché aéronautique
Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, vient de prendre la présidence du Gifas, le groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales
© Dassault Aviation - P. Sagnes

"Beau temps sur le salon". C’est le premier bilan au sens propre comme au sens figuré après deux jours de salon du Bourget par Eric Trappier, qui vient de prendre la présidence du Gifas (le Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales) et par ailleurs PDG de Dassault Aviation. Le marché aéronautique resterait donc solide même si le niveau des commandes n’atteint pas les sommets historiques des précédentes éditions. "Le marché des avions commerciaux reste très actif. Il n’y a pas de retournement de marché. Il n’y a aucune raison pour que le transport aérien baisse. Les compagnies aériennes veulent toujours des avions plus modernes et plus économes en carburant", justifie le représentant de la filière aéronautique tricolore. Dans le détail, il a souligné la bonne activité des motoristes qui contraste avec les temps difficiles traversés par le secteur des avions d’affaires et des hélicoptères.

Impréssionné par le président de la République

Le patron du Gifas s’est montré très impressionné par l’intérêt du président de la République Emmanuel Macron venu inaugurer le salon durant plus de 5 heures. "Il a discuté de manière très directe avec les dirigeants des grands groupes et des PME. Il a répondu sans langue de bois. Cela créé un dialogue de travail. Il a passé beaucoup de temps à l’espace innovation", s’est-il félicité.

Eric Trappier en a profité pour passer des messages et réclamer des aides. "Ce n’est pas parce que l’industrie aéronautique est une industrie du succès et qui embauche aujourd’hui, qu’il ne faut pas l’aider. Il y a réel besoin de soutenir les études très amont en matière de technologies. Le succès de demain se prépare aujourd’hui. Il faut continuer de prévoir les futures génération d’avion", a plaidé le président du Gifas. La filière souhaite qu’on relève le montant des investissements d’avenir au niveau de ce qu’ils étaient il y 2 ou 3 ans. A l’époque, cela avait permis de développer le programme d’usine du futur.

Une fausse note

La filière se prend déjà en charge elle-même, notamment en lançant lors du salon la phase 2 de son programme destiné à améliorer la compétitivité industrielle des adhérents. "Ce plan permettra aux PME d’étendre leur gammes de produits et de technologies. On continue à solidifier le tissu industriel français" a expliqué Eric Trappier.

Seule fausse note pour l’instant, l’absence de ministre des Armées Sylvie Goulard qui avait prévu de venir la matinée du deuxième jour de salon …avant qu’on apprenne sa démission. "C’est une surprise. Le plus vite un nouveau ministre de la Défense sera nommé, mieux c’est", a reconnu le président du Gifas.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus