International

"ERDF opère et modernise le réseau de la région de Tomsk, en Sibérie", selon Michelle Bellon

Manuel Moragues , , , ,

Publié le

Entretien Michelle Bellon est présidente du directoire d’ERDF. ERDF Vostok, la filiale russe d’ERDF, assume depuis mars 2012 la direction générale de TRK, l’opérateur du réseau de distribution d’électricité de la région de Tomsk, en Sibérie. Après une année de diagnostic, de réorganisation de l’entreprise et de planification des investissements, ERDF se lance dans le développement et la modernisation du réseau.

ERDF opère et modernise le réseau de la région de Tomsk, en Sibérie, selon Michelle Bellon © YLegrand - Flickr - C.C.

L'Usine Nouvelle - Quelle est la spécificité de vos opérations en Sibérie ?

Michelle Bellon - C’est le premier contrat qui nous voit assurer la fonction de gestionnaire délégué d’un réseau étranger. ERDF opère, développe et modernise le réseau de distribution d’électricité de la région de Tomsk, en tant que directeur général de son opérateur russe TRK, pour le compte de MRSK Holding, qui chapeaute les distributeurs régionaux du pays. Mais nous ne sommes pas propriétaire du réseau. Cette gestion déléguée est une première en Russie. C’est aussi une première pour ERDF. L’une des spécificités est que nous n’avons pas besoin d’investir de capital pour obtenir ces contrats, ce qui limite les risques pour nous.

On n’attendrait pas forcément ERDF, entreprise régulée en charge du réseau de distribution français, à l’international. Qu’est-ce qui vous motive ?

Nous voulons développer notre activité. Nous le faisons à l'international via notre filiale dédiée ERDF-I, créée en octobre 2009. Nous avons des compétences et un savoir-faire que nous voulons valoriser à l’étranger. Au-delà de l’aspect financier, l’international ouvre des horizons à nos salariés. Cela fait rêver bon nombre de nos cadres. C’est aussi une source de fierté : voir ce que l’on peut apporter aux autres opérateurs nous fait prendre conscience de nos atouts, de nos points forts.

Au-delà de Tomsk, quelles sont vos ambitions à l’international ?

Le contrat de Tomsk est l’opération la plus avancée et nous espérons pouvoir signer d’autres contrats de gestion déléguée pour d’autres régions de Russie. Nous menons aussi de nombreuses discussions en Chine. Nous avons signé plusieurs lettres d’intention et protocoles d’accord avec des opérateurs chinois, comme China Southern Power Grid, en 2011 et 2012. Chine, Russie, mais aussi Brésil et Turquie sont nos quatre cibles prioritaires. Ces pays en forte croissance ont besoin de développer leur réseau électrique, nous pouvons leur apporter notre expertise.

Avez-vous des objectifs chiffrés pour cette activité ?

Notre activité dépendra du type de contrat. Pour la gestion déléguée ou les prestations d’assistance, les montants sont modestes [de l’ordre de quelques millions d’euros, NDLR]. En Russie et en Turquie, notamment, se pose la question de la privatisation des réseaux de distribution. S’il y a des privatisations, nous n’excluons pas de prendre, par exemple, des participations minoritaires en plus d’assurer la gestion du réseau. Dans ce cas, en tant que propriétaire, même partiel, nos revenus seraient plus élevés. Le volume de notre activité dépendra donc l’évolution ou non vers les privatisations de réseaux.

En France, vous misez beaucoup sur le projet Linky de compteur communicant. Où en est-on ?

Les discussions portent aujourd’hui sur le financement. Plus précisément, c’est ERDF qui va financer les 4,7 milliards du déploiement des 35 millions de compteurs Linky. Mais il reste à définir comment sécuriser ce projet du point de vue d’ERDF, sachant que nous prévoyons que notre investissement ne serait amorti qu’au bout de vingt ans. Or il y a en France un flou juridique concernant la durée du monopole d’ERDF sur les concessions de distribution d’électricité, et nos contrats actuels auprès des collectivités ne prévoient pas d’indemnisation du capital non amorti en cas de reprise de la concession. C’est un sujet technique mais crucial, qui devrait être bientôt réglé. C’est une question de mois avant que Linky ne soit lancé !

Propos recueillis par Manuel Moragues

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte