Quotidien des Usines

Eras se renforce dans la chimie et les sciences de la vie

, ,

Publié le

La société d’ingénierie Eras poursuit sa croissance externe avec l’acquisition d’activités de SNC Lavalin. Et veut se développer à l’international et dans d’autres secteurs comme la cosmétologie.

Eras se renforce dans la chimie et les sciences de la vie © ERAS

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Le groupe d’ingénierie lyonnais Eras vient de reprendre les branches pharmaceutique et chimique du groupe SNC Lavalin qui souhaite se réorienter vers de grands projets dans les domaines du pétrole et du gaz naturel. Ces deux équipes spécialisées dans des projets clés en main dans les secteurs de la chimie et des sciences de la vie emploient 52 personnes qui ont été regroupées début septembre sur le site d’Eras à Lyon (Rhône). Ces activités dégagent une valeur ajoutée annuelle de 5 à 6 millions d’euros.

Avec cette nouvelle opération de croissance externe, la douzième depuis 1991, Eras élargit ses compétences et sa clientèle dans l’industrie des procédés, en particulier dans les sciences de la vie. "Le secteur pharmaceutique était jusqu’à présent pour nous un marché plutôt national. Grâce à cette acquisition, nous allons pouvoir développer nos compétences mais aussi nous ouvrir sur de nouvelles zones géographiques, tel le Maghreb", précise Yves Poivey, PDG d’Eras.

A partir du Maroc, le groupe lyonnais compte se développer au Maghreb et en Afrique. Eras vient de signer un contrat avec une raffinerie en Côte d’Ivoire. Autres cibles potentielles, la Russie et le Sud-Est asiatique où l’entreprise projette de conclure un partenariat local et espère signer des contrats "significatifs" dans les prochains mois.

A terme de trois ans, Eras veut réaliser 30 % de son chiffre d’affaires à l’international, au lieu de 10 % actuellement. Le groupe prévoit de porter globalement son chiffre d’affaires à 60 millions en 2014, il était de 51 millions en 2012. La chimie et la pétrochimie représentent 35 % de ses activités, l’énergie, le gaz et l’industrie nucléaire 35 % également, l’agroalimentaire et les sciences de la vie 19 %, la métallurgie, l’environnement et d’autres secteurs industriels 11 %. Il entend poursuivre sa diversification sectorielle dans la cosmétologie "pour résister aux courbes d’investissement cycliques".

Le groupe emploie 500 personnes dont 64 % d’ingénieurs. Les trente-cinq salariés de Chemsis, acquis en 2012, rejoindront le site lyonnais d’Eras début 2014 après la fusion effective des deux sociétés en fin d’année. Le groupe a lancé cette année Eras School qui propose aux salariés des programmes de formation d’anglais et de management aux activités techniques encadrés par des personnes d’expérience, notamment l’ancien patron de l’ingénierie de Rhodia, administrateur d’Eras. L’objectif est aussi de "faciliter l’intégration des jeunes salariés", observe Yves Poivey.

Vincent Charbonnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte