Eramet confirme envisager l'arrêt de production de concentré de nickel par la SLN

Eramet confirme étudier un projet d'arrêt de l'activité de production de concentré de nickel par la SLN à Noumea, celle-ci continuant à produire le ferronickel qui constitue la part la plus importante de son activité. Cette suppression d'une étape énergivore du process industriel devrait être soumise au conseil d’administration spécial d'Eramet qui doit se tenir le 9 décembre à Paris.

Partager

C'est désormais confirmé. Eramet compte proposer à son conseil d'administration une modification du champs d'activité de la Société Le Nickel (SLN), celle-ci cessant de produire les mattes de nickel qui alimentaient en exclusivité la raffinerie de Sandouville-Le Havre, comme l'affirmait le site de la chaîne Outremer 1ère. Selon la chaîne calédonienne, le conseil d’administration du groupe minier français Eramet devrait annoncer le 9 décembre l’arrêt de la production de concentré de nickel par l'usine de Doniambo.

Le groupe "étudie actuellement un projet qui sera soumis aux instances représentatives du personnel le moment venu, projet consistant à remplacer la production de matte de nickel en Nouvelle-Calédonie par une production de ferronickel complémentaire", précise Eramet dans un communiqué le 7 décembre. "Selon ce projet, la matte traitée à Sandouville, provenant jusqu'à présent de la SLN, proviendrait d'une autre source de matte", ajoute Eramet. Selon nos informations, les mattes calédoniennes pourraient être remplacées par des produits venus de Finlande (Talvivaara ou Boliden).

Economies d'énergie

Selon le site internet de la SLN, les mattes, ces concentrés issus du ferronickel par extraction du fer pour atteindre une concentration en nickel de plus de 70%, représentent 20% de la production de l’usine de Doniambo à Nouméa, sur un total d’environ 55 000 tonnes. D'autres sources affirment que cette proportion est aujourd'hui bien plus faible. Eramet, dans son communiqué, la qualifie de "très minoritaire".

Si la production de mattes est effectivement interrompue, les volumes de ferronickel produits seront légèrement en hausse, sans augmenter considérablement le chiffre d'affaires. "L'ensemble de cette opération, si elle était finalement décidée, pourrait significativement améliorer l'équilibre financier de la SLN", affirme au contraire Eramet dans un communiqué. L'économie serait surtout réalisée sur le coût énergétique de cette étape de transformation. L'énergie étant un facteur majeur du manque de compétitivité de la SLN, surtout depuis que le projet de remplacement de la centrale thermique a été suspendu.

Couper les liens avec Sandouville

Cette suspension d'activité couperait surtout le lien de dépendance entre l’usine de Sandouville et la SLN. Ce qui ouvre la possibilité d'un désengagement plus important encore d’Eramet de sa filiale calédonienne et, donc, du nickel.

Le groupe minier, qui a annoncé en octobre un plan d’économies, envisage la vente d’actifs industriels non-stratégiques. Dans le cadre de ce plan d'économies, Eramet a annoncé fin novembre le départ du directeur général délégué de la branche nickel du groupe Bertrand Madelin. Son portefeuille a été confié à Philippe Vecten, directeur général délégué de la branche manganèse. Concernant la SLN, une source proche de la direction d'Eramet reconnait qu’en raison de la crise actuelle des cours du nickel et du manganèse, le PDG Patrick Buffet envisage toutes les possibilités afin de "minimiser les dégâts du marché".

La SLN en situation délicate

Pour Philippe Gomes, député (UDI) de Nouvelle Calédonie et administrateur d'Eramet, "le plan de compétitivité a déjà été mené à bien à la SLN. Les salariés et le management local ont vraiment fait le maximum. C'est bien la part de la maison-mère qui n'a pas été faite". Philippe Gomes rappelle qu'il s'agit de la troisième annulation du remplacement de la centrale, alors que celui-ci aurait permis de "diviser les pertes de la SLN par deux".

Seul un réinvestissement industriel d’envergure - qu’il s’agisse du remplacement de la centrale à charbon, en fin de vie, ou du passage à l’hydrométallurgie sur le site - aurait été à même de restaurer la rentabilité de la filiale calédonienne. Or l'annonce de la réduction des investissements du groupe à la stricte maintenance rend plus qu"improbable ce réinvestissement.

Les débats sur la stratégie à adopter ont été vifs, ces dernières années déjà, entre les proches de la famille Duval (Aubert & Duval, 37% du capital d’Eramet), ceux qui réclamaient un réinvestissement industriel au lieu de la distribution de dividendes (Carlo Tassara, 12,79%) et les partisans d’une hausse de la participation des autorités publiques calédoniennes au capital de la SLN (STCPI, 4%). Didier Julienne, expert du nickel et candidat – non élu - au conseil d’administration d’Eramet, s'interroge : "Si Eramet souhaitait se défaire de la SLN et en offrir le contrôle aux pouvoirs publics calédoniens, agirait-il autrement ?"

Myrtille Delamarche

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

AUBERT & DUVAL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Spécialiste Equipements Sous Pression Nucléaires en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 22/11/2022 - CDI - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

62 - Boulogne-sur-Mer

Démolition de bâtiments et de hangars à Capécure - Port de Commerce

DATE DE REPONSE 26/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS