Eramet accuse une lourde perte annuelle et suspend son dividende

par Benjamin Mallet

Partager

PARIS (Reuters) - Eramet a publié vendredi une lourde perte nette au titre de 2013, le groupe ayant notamment dû enregistrer une dépréciation du projet minier de Weda Bay, en Indonésie, et a annoncé son intention de ne pas verser de dividende au titre de l'an passé.

Lourdement pénalisé par la chute des cours du nickel, le groupe minier a également annoncé dans un communiqué qu'il réduirait en 2014 ses investissements de l'ordre de 40% par rapport à 2012-2013, à un niveau inférieur à 400 millions d'euros.

"En 2014, la priorité mise depuis plusieurs années sur les mesures d'adaptation à la crise et sur le maintien d'une solide situation financière va être renforcée par de nouvelles mesures de réduction des coûts, ainsi que du besoin en fonds de roulement", déclare son PDG Patrick Buffet, cité dans un communiqué.

Le groupe précise que son objectif pour 2014 en matière d'amélioration de sa productivité s'élève à un montant de l'ordre de 110 millions d'euros, après 85 millions déjà réalisés en 2013.

Eramet a enregistré en 2013 une perte nette part du groupe de 370 millions d'euros (contre un bénéfice de 9 millions en 2012), une perte opérationnelle courante de 45 millions (contre un résultat positif de 153 millions) et un chiffre d'affaires de 3.162 millions (-8%).

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne une perte nette de 53 millions, une perte opérationnelle courante de 36,5 millions, un chiffre d'affaires de 3.231 millions et un dividende de 0,80 euro (contre 1,30 euro au titre de 2012).

La perte d'Eramet inclut 296 millions d'euros de dépréciations d'actifs qui sont principalement liées - à hauteur de 224 millions - au report du projet de mine de nickel de Weda Bay.

DETTE NETTE DE 218 MILLIONS

Le groupe a expliqué que, compte tenu des conditions actuelles du prix du nickel, de ses perspectives d'évolution à court terme et des négociations encore nécessaires avec le gouvernement indonésien, il avait considéré que les conditions n'étaient pas réunies pour envisager comme prévu une décision finale d'investissement dans ce projet en 2014.

La branche nickel d'Eramet accuse au titre de 2013 une perte opérationnelle courante de 222 millions d'euros, le groupe indiquant que, selon certains analystes, près de 60% de la production mondiale de nickel était faite à perte en fin d'année.

Eramet souligne que les cours du nickel au London Metal Exchange (LME) ont poursuivi leur baisse en 2013, avec un recul de 14% à 6,8 dollars la livre, résultat d'une croissance toujours excessive des productions liées à la Chine.

Le groupe ajoute toutefois que l'application depuis janvier d'une interdiction d'exporter du minerai non transformé d'Indonésie "est un élément positif pour rééquilibrer le marché".

Les résultats d'Eramet Manganèse sont pour leur part restés soutenus en 2013 grâce notamment à un record historique de production de minerai et d'aggloméré de manganèse, même s'ils reculent de 9% à 218 millions d'euros.

Le groupe enregistrait à fin 2013 une dette nette de 218 millions d'euros, contre une trésorerie nette de 448 millions un an plus tôt.

L'action Eramet a clôturé jeudi sur un cours de 71,1 euros, affichant un gain de 1,15% depuis le début de l'année, après un plongeon de 36,6% en 2013, pour une capitalisation boursière proche de 1,9 milliard.

Edité par Dominique Rodriguez

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS