Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Equipement de l'automobile : Webasto mise sur le " made in France "

,

Publié le

  Webasto Systèmes Carrosserie, qui s'est affranchi de tout lien avec Heuliez, renforce son intégration au sein du groupe allemand. En Vendée, certains s'interrogent.

 

Pourra-t-on encore longtemps fabriquer des toits ouvrants aux Châtelliers-Châteaumur ? Au coeur du bocage vendéen, parmi les quelque 350 salariés de Webasto Systèmes Carrosserie, nombreux sont ceux qui s'interrogent. A l'heure où tous les constructeurs d'automobiles européens attendent de leurs équipementiers des réductions de 20 à 25 % de leurs coûts dans les trois ans, plus question de musarder. Totalement intégrés au groupe Webasto (5 milliards de francs de chiffre d'affaires, à 60 % dans l'activité " toit ouvrant ") depuis 1993 et l'achat, par les allemands, des parts d'Heuliez dans l'entreprise, les français doivent rivaliser avec les italiens et les anglais, aux coûts salariaux moins élevés. L'abandon, au début de l'année, du nom de Webasto-Heuliez, qui symbolisait l'ancrage régional, inquiète. Pourtant, les synergies de groupe sont pour le moment plutôt positives. Dans le domaine de la recherche- développement, les effectifs vendéens sont passés de dix à quarante-cinq personnes depuis la création de l'activité, en 1983. Relancé par l'engouement pour les monospaces et le retour de la voiture " plaisir ", le toit ouvrant ne cesse de se diversifier. Pour démultiplier ses forces, le groupe a alors spécialisé ses filiales par types de toit. Aux italiens les études sur les toits de toile, comme ceux qui équipent la Cinquecento ou le Berlingo. Aux allemands les produits plus classiques, " coulissants intérieurs ", tandis que les français se font les champions des toits entrebaillants et coulissants, types Mégane, Clio, 106 ou Saxo, ainsi que des panneaux mobiles, chers aux nouveaux monospaces. L'effet de groupe joue aussi sur les achats, qui représentent en moyenne 55 % de la valeur des toits fabriqués en Vendée. Si chaque filiale garde la maîtrise des relations avec ses fournisseurs, des spécialistes ont été identifiés par pays qui interviennent en soutien au moment de la signature de contrats importants. La France se spécialisant ainsi dans les produits en plastiques tandis que l'Allemagne se réserve le verre. Dans les ateliers non plus on n'a pas chômé... Depuis le démarrage de l'activité, deux cents emplois sont allés à la production, avec la recherche permanente du meilleur compromis entre investissements matériels et humains. Après une première zone relativement automatisée, dédiée à la fabrication des composants standardisés et des moteurs, l'usine vendéenne s'organise autour de cinq lignes spécifiques par familles de véhicules (monospace, Mégane, etc). Ces chaînes très souples peuvent fabriquer de cent à sept cents toits ouvrants par jour. Les opérateurs occupant un ou plusieurs postes en fonction des cadences programmées. Une organisation qui a déjà fait ses preuves : de 270 000 toits ouvrants par an, la France est passée à 445 000 l'an dernier. Et pourtant, course aux économies oblige, il va sans doute falloir aller plus loin. Si les français vendent quelques composants aux Etats-Unis, 90 % de leur production est pour le moment destinée à Renault et à PSA. Les filiales allemandes, italiennes et anglaises livrant elles aussi en priorité leurs marchés nationaux. Une approche par clients qui pourrait demain laisser place à un raisonnement davantage " orienté coût ". Chaque usine se spécialisant dans quelques produits pour jouer au maximum sur les volumes. Une réorganisation éventuelle dans laquelle la France devrait pouvoir - la direction l'assure - trouver sa place...





USINE NOUVELLE N°2594
 

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle