EQUIPEMENT AUTOMOBILEEcia s'ouvre en AllemagneAvec la reprise de l'allemand Leistritz, l'équipementier français devient le numéro1 européen de l'échappement.

Publié le

EQUIPEMENT AUTOMOBILE

Ecia s'ouvre en Allemagne

Avec la reprise de l'allemand Leistritz, l'équipementier français devient le numéro1 européen de l'échappement.



Les fiançailles auront duré longtemps: presque quatre ans. Car "il est plus facile de prendre le contrôle d'une société que l'on connaît bien", explique Louis Defline, directeur général adjoint d'Ecia. Aujourd'hui, la filiale (à 68%) de Peugeot saute le pas en achetant l'activité échappements de l'allemand Leistritz, dont elle détenait déjà 30% du capital. Du coup, Ecia, jusqu'ici très hexagonal, se retrouve propulsé au premier rang des fabricants de lignes d'échappement en Europe (hors constructeurs automobiles) avec 16% du marché. Amorcé en septembre 1990, le lent rapprochement entre les deux sociétés a déjà permis de tisser des liens étroits entre les hommes. Leistritz a ainsi apporté son expérience en matière de pots catalytiques. A l'inverse, le français a conseillé son partenaire sur l'optimisation des flux et la réorganisation des ateliers. Les stocks de Leistritz étaient deux fois plus élevés que ceux d'Ecia. Des commandes ont même fait l'objet d'études conjointes, comme celle de collecteurs d'échappement pour l'utilitaire VolkswagenT4, dont la fabrication est partagée entre sites français et allemand.

Eviter les doublons

Mais, pour survivre à la fin du siècle, il fallait franchir une nouvelle étape. "A cette date, les dix-huit entreprises actuellement présentes en Europe dans le domaine de l'échappement ne seront plus que cinq au maximum", prédit un expert. Or, Leistritz, entreprise familiale, affrontait des problèmes de successionet de taille: 700millions de francs de chiffre d'affaires dans l'échappement en 1993, contre 1,8 milliard pour Ecia. Chaque entité conservera sa marque, ses produits et sa direction. Mais les composants de base, comme les coupelles pour silencieux, seront fabriqués dans un seul site pour le compte des deux marques. Le nouvel ensemble comptera trois usines en France et en Allemagne. Les centres de recherche et de développement de Bavans (Doubs) et de Stadeln (près de Nuremberg) se verront en amont attribuer des compétences particulières, comme les études sur la dépollution ou l'acoustique. Histoire d'éviter les doublons. Quatre comités transversaux (produits, marchés, production, gestion) élaboreront des politiques conjointes. Dans le domaine des achats, des contrats-cadres seront passés avec les fournisseurs. Le groupe Ecia, également présent dans les sièges et les composants en plastique, dispose des moyens financiers nécessaires. L'équipementier a dégagé une marge nette de 3,4% l'an dernier (contre 2,7% en 1992). Mais il souffre toujours de deux handicaps: l'appartenance à un constructeur automobile et une internationalisation encore insuffisante.







USINE NOUVELLE - N°2457 -

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte