Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

EPR de Flamanville : après la cuve, les soupapes de sécurité sont mises en cause

Anne-Katell Mousset , , ,

Publié le

Selon un rapport de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) que s'est procuré Mediapart, les soupapes de sécurité de l'EPR de Flamanville, éléments servant au contrôle de la pression du réacteur, ne fonctionneraient pas correctement. 

EPR de Flamanville : après la cuve, les soupapes de sécurité sont mises en cause © D.R.

Sommaire du dossier

Selon nos confrères de Mediapart, Areva et l'EPR de Flamanville souffriraient de nouveaux écueils. Le journal s’est procuré un rapport confidentiel de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) qui révèle "de nouveaux et graves dysfonctionnements de pièces très sensibles de l’EPR" . En cause cette fois-ci : les soupapes de sécurité, éléments servant à dépressuriser le réacteur.

Cette information porte un nouveau coup au chantier de l'EPR de Flamanville, qui affiche déjà 5 ans de retard et un surcoût de 3 milliards d’euros. Il y a quelques semaines, l’ASN (Autorité de sureté nucléaire) avait déjà alerté d'une anomalie dans la résistance de l'acier sur le fond et le couvercle de la cuve. La résistance de cette dernière atteindra 38 joules, quand la réglementation en vigueur impose d'atteindre 60 joules. L'ASN doit se prononcer prochainement sur l'avenir de cette cuve.

un comportement aléatoire des soupapes 

Mediapart explique que dans ce rapport de près de 80 pages, non rendu public et datant de février 2015 : l’IRNS "relève des anomalies dans les équipements de contrôle de la pression du réacteur : les soupapes de sûreté."  Selon le journal : "les pilotes censés déclencher ces soupapes ne fonctionnent pas. Pire, ils fuient fréquemment, provoquant un comportement aléatoire et incontrôlable des soupapes" de modèle dit "Sempell". 

Médiapart reprend également la "longue" liste des dysfonctionnements établie par l'IRSN : "risques de fuites de fluide primaire", servant à refroidir le réacteur,  "échec à l’ouverture observé", "échec à la fermeture observé". Des défaillances qui peuvent avoir des "conséquences graves", indique l'institut.

Anne-Katell Mousset 

 

Réagir à cet article

9 commentaires

Nom profil

10/06/2015 - 23h23 -

@Fuku

"Il y a au moins une chose de bien acquise, à l'avantage (mais de courte vue) du lobby nucléaire, c'est qu'il maîtrise, au moins dans ce cas, de manière -estimable - l'opinion publique, il a même réussi à se fabriquer un public légitime."

Vous vivez en france ou quoi ?
Je vous demande de me donner un exemple d'article de ces 10 dernières années qui affiche clairement sa position pro-nucléaire. A mon avis, vous ne vivez pas en France car ici, moi j'ai l('impression que les mass médias ne font que du nucléaire bashing, au moins une fois par semaine en exploitant et tordant la réalité du moindre incident dans nos installations nucléaires, quel qu'en soit le niveau sur l'échelle INES ou pas d'ailleurs. mais les maison qui s'écroulent a cause du gaz, au moins une fois par semaine en France, que NINI !

"Ainsi donc l'addiction, franchouillarde au nucléaire, s'est affranchie de tout contrôle démocratique."

La vielle antienne, du nucléaire qui serait anti-démocratique : d'abord l'état contrôle nos entreprises nucléaires a plus de 80%, l'une et l'autre. Donc, sauf a considérer que l'état n'est pas démocratique, ce qui est votre droit, le nucléaire est une forme de représentation nationale a sa manière. Donc plus démocratique que ne le sont les fossiles.
Ensuite, je voudrais bien avoir le choix de ne pas payer la CSPE sur les électroENR (Solaire PV et Eolien) qui ne me profitent absolument pas. Et même, amplifient la précarité énergétique dixit le médiateur de l'énergie a l'assemblée durant la prépa de la loi antinucléaire de Ségolène, dite de transition (car 80% électrique et pas anti-fossile du tout, un comble quand on veut transitioner pour réduire les émissions de CO2, entre autres).

Enfin, est-ce que vous avez vu quelque part que les énergies fossiles sont démocratiques ? Moi pas. Et je dirais même que les principaux pays producteurs ne sont pas vraiment des modèles de démocratie. Pourtant, vous n'y pensez pas quand vous allez a la pompe et que vous payer 90% de taxes sur le plein de votre véhicule thermique.
Hypocrisie et argument sans valeur (perroquet ?) si vous comparez correctement.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/06/2015 - 23h06 -

@Blacknose, et son commentaire ironique déguisé.

"La cuve ? c'est les normes qui sont trop strictes "

ce n'est pas ce qui est reproché a l'ASN (et non l'IRSN cité dans cet article). Ce qui est reproché a l'ASN c'est d'abord d'avoir accepté et accordé la pose de la cuve qu'ils venaient forcément de contrôler, et d'autre part de changer les règles en cours de route. Mais pas d'appliquer des normes trop strictes.
ET puis, de toute façon, que pensez vous des normes Russes ou Sud Coréennes ? Parce que, eux, ils vendent des réacteurs clef en main a tour de bras depuis un an. par contre leurs VVER 1200 n'ont pas 4 groupes de sécurité électrique pour la source froide, pas de salle de contrôle déportée dans un Bunker, pas de force d'intervention rapide nucléaire. C'est Vauban qui serait content de voir tout ça !
Voulez vous parler de la NRC étasunienne ? Elle, elle applique des standards de sureté qui datent de la construction de ses réacteurs... ... il y a 40 ans. Et cela ne les empêchent pas d'avoir des piscines a ras bord de combustible plein de plutonium (bonjour la prolifération au passage), mais aussi de prolonger de 20 ans leurs réacteurs construit il y a plus de 40 ans, et ils envisagent même 80 ans, voire 1 siècle pour d'autres...
Petit détail qui a son importance : les centrales nucléaires, partout ailleurs sur la planète, sont des SITES MILITAIRES avec des casernes et des militaires dedans ! Voila pourquoi GP et SDN font ces escapades médiatiques chez nous et pas en Russie ou aux états-unis avec leurs 100 réacteurs en service, par exemple.

Alors, a quoi ça sert d'appliquer les dernières normes qui viennent de sortir de la tête des extrémistes de la sureté ? A se tirer une balle dans le pied ?
Apparemment, ça marche plutôt bien de faire cela vu le peu de commande que nous avons reçues.

In fine, tout cette soupe médiatique ne sert qu'a faire garder en tête aux français la peur antinucléaire fabriquée artificiellement par les mensonges courbants volontairement les faits a l'avantage des politiciens fondateurs des Verts.
Ils ne cherchent qu'une seule chose : tout dire et faire croire pour que l'opinion pense que les couts nucléaires deviennent insupportables, mais ils vont encore ramer longtemps, car les lois de la physique disent clairement que la concentration est telle, que face a toutes les autres, il faut très peu de combustible pour produire en masse a pas cher pendant très longtemps. Le gros du cout d'une centrale nucléaire, c'est sa construction, alors que pour toutes les autres (hors hydro), c'est le combustible qui coute cher, et coutera de plus en plus cher.

Il n'y a, et n'y aura jamais, plus concentrée par unité de masse, de volume et de surface que l'énergie nucléaire, qu'elle soit tirée de la fission ou de la fusion. Tout ceux qui vous disent le contraire ont besoin d'un petit cours de physique pas si compliqué a& trouver facilement sur les sites de google.

Nous n'avons pas de pétrole, mais des centrales nucléaires !

Les antinucléaires avec leurs moulins a vent et photopiles fabriquées dans des pays charbonniers, veulent en plus nous refiler du gaz, et comme le plus proche fournisseur est Russe, ils refusent de l’admettre, mais c'est pourtant clair, plus d'intermittence, c'est a terme, plus de gaz (Russe ?), même si pour l'instant, il est a 40% Norvégien en France. Le charbon prend pour l'instant la place du gaz car il est abondant et bon marché, mais sur la durée, et si on veut faire baisser les émissions de Gaz a effet de serre, ce sera par le gaz, l'hydraulique et le nucléaire. A la marge par des moulins a vents et des photopiles qui ne peuvent pas fonctionner sans les autres. Le stockage électrochimique ne sera pas rentable et efficace avant 2050, malgré les nombreuses pistes souvent claironnées dans la presse...Importance inversement proportionnelle a la médiatisation d'une solution.

Nos politiciens veulent doper les entreprises globalement : qu'ils fassent comme les allemands : baisser le cout de l'énergie pour les entreprises et faire payer les électroENR aux particuliers, qui en plus consommerons moins car ce sera plus cher. Et tant qu'a faire, faire en sorte que ce cout du MWh soit le même que celui des allemands.
Manu l'ex banquier, si tu me lit...

Nucléaire, OUI MERCI ! AtomKraft, JA DANKE !
Répondre au commentaire
Nom profil

10/06/2015 - 22h29 -

"Médiapart reprend également la "longue" liste des dysfonctionnements établie par l'IRSN : "risques de fuites de fluide primaire", servant à refroidir le réacteur,"

je ne sais pas si c'est l’auteur de l'article ou Mediapart qii a écrit ça, mais ce n'est pas exact.

La source froide n'est pas le circuit primaire ...Mais alors vraiment pas.

Médiapart...pour c'que ça vaut.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/06/2015 - 11h21 -

et votre analyse ??? A quoi sert cette article ? Nous sommes ici chez usine nouvelle ... média technique je croyais, ce que n'est pas médiapart qui cherche la polémique.
Répondre au commentaire
Nom profil

09/06/2015 - 15h11 -

Ne jouons pas aux innocents, aucun projet de cette envergure n'a pas de casseroles au cul, bien sur qu'il y a des choses à dire, à critiquer, le projet n'est pas une réussite, il n'a pas respecté le budget et le délai prévus à l'origine mais que faire aujourd'hui? Arrêter la machine et jeter par la fenêtre les milliards investis? Revenir vers une production au charbon comme les allemands et exploser les rejets? Investir dans l'énergie solaire fabriquée en Chine avec des métaux lourds et à l'espérance de vie limitée? L'éolien? le rapport de l'ADEME prévoit d'exploser le nombre d'éoliennes, êtes-vous prêts à en installer dans votre jardin?
L'opinion publique n'est pas en faveur du nucléaire, bien au contraire et peut être même à juste titre mais il est essentiel d'employer les bons arguments, des arguments solides car dans une situation argumentaire aussi bancale, il me semble évident de remettre en cause le professionnalisme et le sérieux de la presse et des anti-nucléaire.
Je ne suis pas pro nucléaire mais je n'aime pas la mauvaise foi
Répondre au commentaire
Nom profil

09/06/2015 - 14h18 -

En effet on ne voit pas ce qu'il y a a d'anormal ou d'inquiétant dans tout ça.
Un budget multiplié par trois ? Tant mieux on n'a pas lésiné sur les moyens
Un chantier deux à trois fois plus long que prévu ? c'est juste à cause des 35 heures.
Le travail dissimulé des polonais et des roumains ? C'est par charité pour ces étrangers au chômage dans leur pays.
La cuve ? c'est les normes qui sont trop strictes
Les soupapes ? Détail habituel et sans conséquence

Vraiment on ferait mieux de s'occuper des cols de chemises...
Répondre au commentaire
Nom profil

09/06/2015 - 13h59 -

Oui monsieur!!! Tout à fait d'accord avec cette réaction. Stop au "nucléaire bashing" qui ne fait pas avancer les choses et qui n'est absolument pas une réponse au problème de production d'électricité sans émission de CO2. Bien sûr ils faut signaler ces défauts (ce que fait l'ASN) mais de là à en faire de tels articles... non. Vous ne faites qu'influencer l'opinion publique alors que la plupart des gens ne savent même pas ce qu'est une soupape...
Répondre au commentaire
Nom profil

09/06/2015 - 13h14 -

Il y a au moins une chose de bien acquise, à l'avantage (mais de courte vue) du lobby nucléaire, c'est qu'il maîtrise, au moins dans ce cas, de manière -estimable - l'opinion publique, il a même réussi à se fabriquer un public légitime. Ainsi donc l'addiction, franchouillarde au nucléaire, s'est affranchie de tout contrôle démocratique. Avec un exécutif d'opinion publique, une société centralisée, raide, on comprend la faillite industrielle et financière de cette industrie, qui sera notre ruine
Répondre au commentaire
Nom profil

09/06/2015 - 10h41 -

J'aimerais être surpris mais je n'y arrive plus, j'ai maintenant la certitude que la presse est prête à tout pour vendre une information. J'aimerais commencer par préciser à tout le monde qu'il existe des défauts absolument partout, sur vos vêtements, votre voiture, votre maison, votre téléphone et même sur ce site internet. Cela ne veut pas dire que votre col de chemise va vous étrangler, que votre voiture va exploser etc. En fait, un défaut surgit quand il y a un manquement aux requis, et/ou aux tolérances et/ou que les essais ne sont pas concluants (croyez moi, ces éléments sont bien plus drastique dans le nucléaire que dans n'importe quelle autre industrie, sûreté oblige). Concernant la cuve, elle a été fabriquée conformément à des requis, ces requis ont évolué et tout d'un coup la cuve sortait des tolérances, AREVA a donc commencé par signaler le défaut à l'entité responsable (l'ASN) puis étant donné le prix d'une cuve, cherche à prouver que le défaut est acceptable et qu'ils ne remettent pas en cause la sûreté. La presse suggère des dossiers secrets, des manigances et autres complots mais ce n'est qu'une technique pour vendre des articles, le processus réglementaire a été respecté. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de défaut et l'IRSN est un institut fiable qui a fait ses preuves, les défauts constatés sur les soupapes Sempell sont sans doute réels et avérés mais le projet est en cours de construction, il est normal de trouver des défauts et de chercher à les résoudre, toute personne ayant travaillé sur un quelconque projet connait cette réalité. Je trouve un projet dit "sans défaut" plus inquiétant qu'un projet dont les défauts sont cartographiés et traités. J'aimerais préciser à tout le monde que la centrale n'a pas démarré, il n'y a donc aucun risque d'accident nucléaire aujourd'hui. Beaucoup de gens travaillent à ce qu'il n'y en ait jamais, ce genre d'article n'aide pas leur cause.
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle