Eolien marin : Alstom croit en la dream team d'EDF

Le 11 janvier dernier, le consortium réunissant EDF, Alstom, Dong Energy, Nass et Wind et WPD a remis son dossier à la Commission de régulation de l’énergie. Frédéric Hendrick, vice-président de la section offshore chez Alstom, fait le point sur la participation du turbinier à l’appel d’offre français.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Eolien marin : Alstom croit en la dream team d'EDF

L’Usine Nouvelle - Alstom s’est porté candidat pour 4 champs, à Saint-Nazaire, Saint-Brieuc, Fécamps, et Courseulles-sur-mer. Quel est l’enjeu pour le groupe ?
Frédéric Hendrick -
L’enjeu, c’est l’émergence d’une véritable filière technologique. Mais la condition est de remporter un nombre suffisant de projets pour garantir un volume d’affaires qui justifierait les investissements. Ils s’élèvent à une centaine de millions d’euros pour Alstom.

A partir du moment où il existe un marché suffisant, on peut alors justifier la création de cette filière technologique. Cela regroupe à la fois l’aspect industriel (avec deux usines sur le site de Saint-Nazaire et les deux usines sur le site de Cherbourg), et le centre d’ingénierie dédié à l’éolien offshore qui emploierait 200 personnes.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Dans notre plan industriel, 1000 emplois directs et 4 000 emplois induits sont prévus. Si nous remportons moins de trois champs, nous serons dans l’obligation de revoir la taille de l’investissement et l’envergure du déploiement. Mais notre ambition reste d'obtenir les 4 lots pour lesquels nous nous sommes porté candidats.

Pourquoi le gouvernement français devrait chosir le consortium mené par EDF ?
Nous avons noué un accord exclusif avec EDF. Il est le développeur historique du projet, c'est essentiel pour nous !

Un autre critère qui, je l’espère, ressortira au moment de l’attribution concerne la qualité dans l’exécution du projet. En nous adjoignant les forces d’EDF, nous savions que nous avions avec nous les autorités locales, les pêcheurs, les associations de riverains..

Puis, la qualité du projet industriel compte beaucoup. Tout comme la qualité du consortium, avec des partenaires sérieux et de qualité comme Dong. Il est le plus grand exploitant au monde de fermes éoliennes offshores. EDF a réuni une véritable "dream team".

Et enfin, nous misons sur la qualité du produit.

Quelles éoliennes Alstom a prévu d’installer ?
Nous avons développé la première éolienne de nouvelle génération du marché. Nous allons en ériger un prototype dans l’estuaire de la Loire, mi-mars. Ce sera la première machine au monde de 6 MW avec un ensemble rotatif, rotor et pales inclus, de 150 mètres de diamètre.

En termes de planning, nous serons largement prêts dans la mesure où la production en série débutera en 2014. Soit un an avant les toutes premières installations françaises.

La question de l’éolien marin tombe à point nommé à quelques mois d’une élection présidentielle dont l’un des enjeux principaux reste la question du nucléaire ?
Il est évident que la France avait raté le virage de l’éolien terrestre, le offshore était donc l’occasion pour elle de créer une filière industrielle et de prendre le train en marche. Mais les 3 GW prévus dans la première tranche de l’appel d’offre, c’était vraiment le minimum !

En effet, il n’y a pas une solution miracle. Le futur, c’est le mix énergétique ! Il était donc temps que la France mise sur les énergies renouvelables, l’éolien en particulier.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS