Eolien marin : 10 candidatures pour 5 sites

Le ministère du développement durable annonce la clôture de la première étape de l'appel d'offres "éolien offshore", le mercredi 11 janvier dans un communiqué. 10 dossiers ont été présentés à la Commission de régulation de l'énergie.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Eolien marin : 10 candidatures pour 5 sites

Comme prévu, la CRE a reçu les candidatures attendues ce mercredi 11 janvier. Trois consortiums sont en concurrence pour les cinq sites à attribuer. Dix dossiers ont été remis, confirme le ministère du développement durable, soit une moyenne de deux offres concurrentes par site.

EDF mène le premier consortium avec Dong Energy et WPD, et mise sur les éoliennes Alstom. Le deuxième regroupe Iberdrola et le Franco-britanniques Eole-Res et fera appel à des éoliennes Areva. Enfin GDF Suez double ses chances en s’alliant d’un côté avec Areva, de l’autre avec Siemens.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L'inquiétude allemande

Le même jour, la fédération allemande des machines-outils, qui couvre le secteur des éoliennes a lancé un avertissement contre la tentation du favoritisme dans l'attribution des marchés.

"Nous entendons au niveau européen une grande inquiétude, qui serait que la France crée un précédent en favorisant son industrie" pour les appels d'offres publics, a expliqué un porte-parole de la puissante fédération VDMA.

Certains industriels allemands semblent suggérer que, sous couvert d’imposer la fabrication des éoliennes sur place, Paris privilégie implicitement les sociétés françaises. En effet, selon eux, il n’est pas raisonnable d’exiger d’un industriel qu’il crée une usine dans le pays s’il n’est pas sûr d’amortir son investissement. C’est d’ailleurs ce qui handicaperait Siemens qui refuse de construire une usine, selon le Financial Times.

3 critères de jugement

Aussitôt le gouvernement français récuse. "Il n'y a eu et il n'y aura aucun favoritisme dans cette procédure d'appel d'offres, qui est ouverte, transparente, et non discriminatoire", explique un porte-parole du ministère de l’Energie.

Et de préciser dans un communiqué que seuls compteront 3 critères dans le choix final : la qualité du projet industriel et social (40 % de la note finale), le prix d'achat de l'électricité proposé (40 %), et le respect de la mer et de ses usages (20 %).

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS