L'Usine Energie

Eolien : la construction de nouveaux parcs et le offshore boostent l'emploi industriel en France

, ,

Publié le

L'EWEA, le salon européen de l'énergie éolienne, a ouvert ses portes à Paris le mardi 17 novembre, à quelques jours de la COP21. A cette occasion, France énergie éolienne publie les résultats de son observatoire de l'éolien.

Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie, du développement durable et de l'énergie, s'en est félicitée lors de son discours d'ouverture du salon européen de l'énergie éolienne. 2000 emplois éoliens ont été créés en un an, et 12 520 ont été recensés au total en 2014 par France énergie éolienne (FEE). Cela correspond à une augmentation de plus de 15% de l'effectif, par rapport à l’année précédente. 


 

"Avec cette étude, nous souhaitons montrer en quoi l’éolien est un véritable vivier d’emplois pour la France, avec des données chiffrées et des exemples bien concrets. À quelques jours de la COP21, cela permet de rappeler une nouvelle fois au grand public mais aussi aux dirigeants du monde entier que la lutte contre le changement climatique est une aussi une opportunité économique", commente Frédéric Lanoë, le président de FEE, cité dans un communiqué.

Un phénomène notable dans cette étude réalisée par FEE et Bearing Point : on observe un glissement des emplois des acteurs de "l’étude et développement" vers les activités plus industrielles. Les activités de "Fabrication de Composants" et "Ingénierie et Construction" qui ont effectivement vu leurs effectifs bondir (respectivement +25,2% et +33,3%). C'est donc une bonne nouvelle pour l'emploi industriel français.

La construction et le raccordement de nouveaux parcs éoliens onshore ont contribué à booster l'emploi dans ces maillons industriels, tout comme les premiers investissements et recrutements dans la filière offshore. Et les chiffres devraient donc continuer de grimper pour coller aux ambitions françaises en matière d'éolien en mer. Alstom, notamment, a annoncé la création de 250 emplois d'ici à fin 2016 pour son usine  d'éoliennes offshore de Montoir-de-Bretagne, près de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

Le bilan est donc plutôt positif à en croire FEE… Il le serait encore davantage si la France rattrapait son retard pour tenir les objectifs fixés d'ici à 2020 en matière d'éolien. Selon le panorama de l'électricité renouvelable réalisé par les gestionnaires du réseau d'électricité RTE, Erdf et l'Adeef avec le Syndicat des énergies renouvelables, au 30 juin 2015, le parc éolien terrestre représentait une capacité de 9 800 mégawatts pour un objectif de 19 000 mégawatts dans cinq ans. Le rythme actuel de raccordement ne semble donc pas suffisant. 

Astrid Gouzik

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

25/11/2015 - 10h54 -

Bonjour, la créations d'emplois est une bonne nouvelle pour les secteurs de l'industrie et de l'ingénierie de la construction, fortement touchés par la crise. Je ne suis pas tout à fait d'accord avec l'avis précédent.. Ces emplois ne vont pas forcément disparaître. En effet, il faut penser à les gestion de ces installations et équipements durant tout leur cycle de vie.
Répondre au commentaire
Nom profil

24/11/2015 - 23h29 -

Les emplois cités seront très éphémères car ils dureront quelques mois, le temps de la construction de ces machines ; car leur exploitation est entièrement automatisée.
De plus des emplois ne peuvent avoir de sens économique que s'ils apportent de la Valeur Ajoutée au pays : or, l'énergie éolienne est bien plus chère que celle tirée du nucléaire. Elle est en grande partie financée par des taxes (la CSPE) sur les factures d'électricité, ce qui réduit le pouvoir d'achat des consommateurs. Enfin, l'électricité en France ne produit quasiment plus de CO2, y introduire de l'éolien n'apportera aucun gain écologique.
Les seuls gagnants seront les industriels de l'éolien, et peut-être les hommes politiques actuels qui veulent faire croire à la création d'emplois pour assurer leur réélection.
Quand la réalité s'imposera, nos politiques auront été remplacés et les industriels de l'éolien auront disparu ... avec nos économies.
Et les médias qui participent à cette intox collective par intérêt faiblesse ou ignorance, deviendront amnésiques en dénonçant l'irresponsabilité des décideurs.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte