Environnement : Des renforts pour europlasma

La PMI high tech bordelaise, née d'une technologie développée à Aérospatiale, est sur le point d'accueillir de nouveaux actionnaires.

Partager

Didier Pineau est-il dans la dernière ligne droite? Cet ex-ingénieur d'Aérospatiale négocie un nouveau tour de table pour renforcer les fonds propres d'Europlasma, la PMI high tech qu'il a créée l'an dernier à Bordeaux et dont l'objectif est de développer, à partir des brevets d'Aérospatiale, des procédés de base pour l'utilisation de la torche à plasma. Le groupe SGN, la société lyonnaise LAB (premier traiteur de fumée en France) devraient entrer dans le capital de la jeune société. De quoi lui donner un autre poids.

Bordeaux a financé50% des essais

Premier marché visé: la vitrification des cendres issues de l'incinération des ordures ménagères (voir ci-dessous). Dans un premier temps, ce projet avait séduit la Communauté urbaine de Bordeaux, qui finança, à hauteur de 50%, les essais menés à Atlanta. Dans la foulée, la réalisation d'une première installation industrielle pilote est envisagée sur le site de l'unité d'incinération des déchets ménagers de Bordeaux, implantée sur la commune de Lormont (Gironde). Avec le temps, l'engouement se tasse quelque peu. Aujourd'hui, les services administratifs de la Communauté urbaine de Bordeaux énumèrent les risques. D'abord, une absence de réglementation concernant la composition, la toxicité, la résistance aux temps des produits vitrifiés. Ensuite, qui prendra le risque industriel et investira 30millions de francs dans la construction et l'exploitation de l'unité pilote? La Générale des eaux? La Lyonnaise des eaux? Rien n'est sans doute joué tant que ne sera pas désigné l'exploitant de l'unité d'incinération de 160000 tonnes qui devrait voir le jour à Bègles. Didier Pineau a quelques bonnes raisons d'espérer. Outre la négociation du tour de table, il a signé le 4mars un accord de coopération pour trois ans avec Aérospatiale. Resté farouchement discret jusqu'alors, le groupe d'aéronautique a clarifié sa position. Propriétaire des brevets sur la torche, il assure leur conception et leur production. A Europlasma de commercialiser le procédé.

Colette GOINÈRE



VITRIFIER LES CENDRES DES ORDURES MÉNAGÈRES

L'enjeu

Saturées en métaux lourds, les cendres issues de l'incinération des ordures ménagères doivent être stockées en décharge de classe 1. Celles-ci sont peu nombreuses et au bord de l'asphyxie. La solution? Utiliser la torche à plasma pour transformer les cendres en résidus vitrifiés. Solides et inertes, ils pourraient être récupérés par le B-TP.

Le procédé

Il s'agit de brûler les cendres en les soumettant au flux de la torche à plasma (4000oC). Le résidu en fusion se fige après refroidissement et se transforme en un composé de type verre. Les éléments toxiques sont piégés dans la matrice de verre et le produit vitrifié est réduit à environ 15% du volume initial.

USINE NOUVELLE - N°2448 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS