Environnement : De nouveaux procédés pour piéger les mauvaises odeurs

Effluves de poisson avarié, remugles d'oeuf pourri, relents de chou cuit... Autant de haut-le-coeur ! Il suffit que le vent tourne, et l'air peut devenir irrespirable pour les riverains d'une station d'épuration ou d'une usine de pâte à papier. Pour lutter contre les mauvaises odeurs, il existe une armada de procédés. Les " chasseurs d'odeurs " peuvent masquer, neutraliser, piéger ou détruire ces molécules qui agressent notre odorat.

Partager

Les Français supportent de moins en moins les mauvaises odeurs ! Tout juste derrière le bruit, c'est la nuisance dont ils se plaignent le plus. Selon le ministère de l'Environnement, sur les 3 750 plaintes déposées en 1995 contre des installations classées, environ 40 % relèvent de la gêne olfactive. Dans le collimateur se trouvent les usines d'équarrissage, les élevages, la chimie et la pétrochimie, les usines de pâte à papier, les entreprises de l'agroalimentaire, les stations d'épuration, mais aussi les pressings, les garages... Pour lutter contre toutes ces mauvaises odeurs, il existe un arsenal de techniques - tours de lavage, absorbeurs à charbon actif, lits biologiques, incinérateurs thermique ou catalytique, cyclones échangeurs, molécules masquantes ou neutralisantes...- pour piéger les molécules odorantes, les masquer, les neutraliser ou les détruire.

Les tours de lavage

Les tours de lavage et les échangeurs cycloniques retiennent les produits malodorants en les transférant de la phase gazeuse vers une phase liquide. Exemple : les stations d'épuration des eaux usées, l'une des nuisances le plus souvent ressenties par les riverains. " On choisit dans 80 % des cas le lavage physico-chimique ", explique Martine Ramel, responsable de l'activité odeurs à l'Ineris (Institut national de l'environnement industriel et des risques). L'air vicié est canalisé vers une première colonne de lavage à l'acide sulfurique qui assure la neutralisation des composés azotés (ammoniac et amines), puis une ou deux autres tours oxydent les substances soufrées en milieu basique. Le fin du fin : une quatrième installation peut réduire la proportion d'aldéhydes et de cétones. Toute la difficulté de la désodorisation réside davantage dans la canalisation de l'air vicié que dans le traitement lui-même. Dans les nouvelles stations d'épuration, compactes, aux allures de bâtiments industriels, pas de problème, car elles sont couvertes. En revanche, dans les anciennes, il faut construire des coffrages en béton ou, solution moins coûteuse, couvrir certains ouvrages avec des bâches. Les tours de lavage ne sont pas uniquement consacrées aux stations d'épuration. La société Socrématic a mis en place de telles installations dès 1989, par exemple chez Saria Industrie (ex-Soproga), à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), pour traiter 27 000 mètres cubes par heure d'air vicié. Objectif : réduire les odeurs issues du séchage des os dans la fabrication de la gélatine. La tendance est aujourd'hui de greffer quelques petits " plus " sur ces colonnes de lavage. Socrématic propose ainsi de produire directement sur le site l'oxydant utilisé dans la deuxième tour, en l'occurrence de l'hypochlorite de sodium (eau de Javel), par électrolyse d'une solution de sel. Le procédé évite tous les problèmes liés au transport et au stockage de l'oxydant. Pour réduire aussi la consommation de réactifs, cette même société commence à mettre en place en France une technologie développée par ICI et mise en oeuvre par Monsanto dans une vingtaine d'installations au Royaume-Uni (stations d'épuration, tanneries, usines de production d'épices, fonderies...). Il s'agit de l'Odorgard, un catalyseur qui active les réactions d'oxydation par l'eau de Javel.

Les échangeurs

Autre technique fondée sur le transfert des odeurs d'un gaz vers un liquide : les échangeurs de chaleur cycloniques développés par la PMI lorraine AEC. Ce système, baptisé Aireco, vient d'être primé au dernier salon Pollutec. A l'intérieur d'un cyclone, des serpentins de refroidissement condensent la vapeur d'eau présente dans l'air vicié.

Les gaz odorants sont piégés par cette eau, qui suit un parcours tourbillonnant au sein du cyclone. Bilan de cette centrifugation " naturelle " : les molécules odorantes sont évacuées dans la phase aqueuse, vers le bas, tandis que l'air épuré s'échappe par le haut. Cet équipement a été installé industriellement pour la première fois aux Salaisons d'Orly. Mais, au départ, il ne s'agissait que de déshumidifier une salle de découpe de viande. " Ce n'est que par la suite que nous nous sommes rendu compte que le système avait en plus un effet de désodorisation ", raconte Charles Weber, le concepteur du système. Depuis trois ans, 180 appareils ont été installés, dans des entreprises de l'agroalimentaire, comme Bonduelle, dans la restauration collective et dans des vestiaires d'établissements sportifs. Dernière installation en date : un McDonald's à Versailles (Yvelines), où, depuis deux mois, Aireco traite 1 800 mètres cubes par heure de gaz de cuisson. " Cette technique m'a semblé la plus prometteuse, explique Renaud Cambournac, directeur "Nord-Est" des constructions et des équipements au sein de la chaîne de restauration rapide. Elle apporte un niveau d'épuration tel qu'il est possible de recycler l'air dans les locaux après traitement. " Ce qui, du même coup, permet d'économiser de l'énergie pour le chauffage et la climatisation. Chez McDonald's, l'épuration de l'air vicié est complétée par un passage sur charbon actif qui, grâce à sa structure microporeuse, adsorbe les polluants gazeux.

La biodésodorisation et l'incinération

D'autres procédés, comme la biodésodorisation et l'incinération, vont plus loin que le simple piégeage des odeurs. En les détruisant, ils dispensent de se préoccuper du traitement du liquide ou du solide dans lesquels les composés odorants ont été transférés. Dans la biodésodorisation, des bactéries, généralement disposées au sein d'un lit de tourbe, décomposent les gaz odorants en éléments peu ou non polluants (azote, gaz carbonique, sulfate...). La société Saps, reprise par Murgue-Seigle, a ainsi installé un lit de tourbe d'une superficie de 30 mètres carrés à la distillerie de Bétheniville (Marne) ; 4 000 mètres cubes par heure de gaz odorants sont ainsi traités en traversant lentement le " matelas " de bas en haut. Quant à l'incinération, elle est surtout utilisée pour dégrader des composés organiques volatils, qui ne sont pas toujours des molécules odorantes. " L'installation d'un incinérateur comme moyen de désodorisation est en fait peu courante, explique Marianne Bloquel, de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie). En revanche, en cas de présence d'un four sur le site ou de proximité d'un incinérateur d'ordures ménagères, il peut être judicieux d'étudier si ce moyen peut être utilisé. " L'incinération se pratique, pour les composés organiques volatils, à près de 800 °C. Cette température pouvant être réduite de moitié dans le cas de l'incinération catalytique. Dans ce domaine, une étude a été menée par l'Irma (Institut régional des matériaux avancés) à la demande de l'IFP (Institut français du pétrole) pour traiter des gaz odorants émanant d'une usine d'équarrissage. D'après cette étude, l'investissement serait proche de celui du lavage chimique, et les coûts d'exploitation inférieurs. On retrouve les deux mêmes partenaires dans le traitement catalytique du lisier de porc. Le procédé est fondé sur l'expérience de l'IFP dans l'adoucissement des essences et des kérosènes. Une station de 4 tonnes par heure a été installée chez un éleveur breton en septembre dernier. Une première oxydation catalytique transforme les composés soufrés volatils malodorants en composés plus lourds et faiblement odorants. Les gaz issus de cette première étape entraînent l'ammoniac, qui est ensuite transformé en azote atmosphérique par un deuxième système d'oxydation catalytique.

Les neutralisants

Par rapport à tous les procédés précédents, les masquants et les neutralisants sont considérés comme une catégorie complètement à part. Les masquants, parce qu'ils ne traitent pas à proprement parler les mauvaises odeurs, mais la nuisance elle-même. Ils camouflent en effet les mauvaises odeurs par diffusion d'une odeur agréable. Mais, au bout d'un moment, celle-ci peut devenir insupportable et même suspecte. Les riverains ne manquant pas de s'interroger sur ce que l'on cherche à leur cacher. D'ailleurs, il est parfois préférable de laisser le nez jouer son rôle de système d'alarme. Ainsi, respirer de trop fortes concentrations d'hydrogène sulfuré peut se révéler dangereux. Se démarquant de ces formules masquantes, les molécules neutralisantes ne diffusent aucun parfum, mais, réagissent chimiquement avec les gaz ou liquides odorants. " Cela dispense d'avoir recours à des investissements lourds pour couvrir les ouvrages et collecter l'air ", indique Frédéric Pétillot, de Delta AIC, qui distribue la gamme C11 - des produits dérivés de l'huile de ricin - d'Elf Atochem. Un produit équivalent, distribué par Kauri, est utilisé pour atténuer les odeurs d'acides aminés produits par un grand groupe chimique. Il est pulvérisé sur les wagons qui les transportent. Mais de telles molécules ne sont pas toujours bien considérées, parce que l'on connaît mal leur mode d'action et leur impact sur l'environnement.



USINE NOUVELLE N°2569

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS