Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Entre difficultés et restructuration, Areva engrange deux juteux contrats

Aurélie M'Bida , , , ,

Publié le

Areva, au cœur de l’actualité cet été, annonce la conclusion de deux contrats importants aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Plusieurs dizaines de millions de dollars sont attendus, alors que l’accord entre EDF et le groupe nucléaire français devrait être formalisé à la fin du mois de juillet.

Sommaire du dossier

Les difficultés du groupe nucléaire avec son EPR de Flamanville, tout comme son futur déshabillage au profit d’EDF et d’Engie, n’entravent pas Areva qui continue à remporter des contrats. Mercredi 15 juillet, coup sur coup, le français annonçait la signature d’un contrat de maintenance pour cinq centrales aux Etats-Unis et  la conclusion d’un contrat-cadre pour le démantèlement de sites nucléaire au Royaume-Uni.

S’agissant de l’accord avec les Etats-Unis, Areva a remporté un contrat de plusieurs dizaines de millions de dollars, sur trois ans, pour la réalisation d’opérations d’arrêt de tranche et de maintenance dans cinq centrales nucléaires implantées sur le sol américain. A partir de 2016, le groupe nucléaire assurera des services de maintenance intégrés sur deux réacteurs à eau bouillante (REB) et six réacteurs à eau pressurisée (REP). "Ce nouveau contrat témoigne de l’expertise d’Areva en matière de services pour tous les types de réacteurs nucléaires, et ce même si l’entreprise n’est pas le constructeur d’origine de l’équipement", a déclaré Philippe Samama, directeur du business group Réacteurs & Services d’Areva dans un communiqué.

Des prestations d’ingénierie en Grande-Bretagne

Concomitamment, le groupe formalisait la conclusion d’un accord-cadre pour des activités d’ingénierie avec la NDA (Nuclear Decommissioning Authority), l’agence publique britannique chargée du démantèlement des sites nucléaires civils. Areva sera chargé, avec son partenaire britannique Atkins, des prestations d’ingénierie et de conception pour des projets de démantèlement.

Et la branche Areva RMC, filiale britannique d’Areva, effectuera des études pour la gestion des déchets issus du démantèlement des sites nucléaires. " Cet accord confirme notre engagement à contribuer aux futurs projets de démantèlement sur d’autres sites nucléaires que celui de Sellafield où notre groupe est déjà présent. Avec ce nouvel accord, Areva, partenaire historique de l’industrie nucléaire britannique, étend encore ses activités d'ingénierie au Royaume-Uni", s’est félicité Guillaume Dureau, directeur exécutif du business group Aval d’Areva dans un communiqué.

La cession d’Areva NP bientôt finalisée

Ces deux annonces interviennent alors que la cession de la branche Areva NP par EDF est en passe d’être définitivement actée. Alors que les signatures de contrats étaient rendues publiques par le groupe, le PDG d’EDF, interrogé par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale a abordé le rapprochement EDF-Areva. Selon Jean-Bernard Lévy, le dossier de reprise d’Areva NP par EDF "sera effectivement bouclé fin juillet". Il affirme notamment que "la question du prix de rachat d'Areva NP par EDF est réglée"

Aurélie M'Bida

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle