Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Entracte-Livres] Les mystères de Cherbourg

Christophe Bys ,

Publié le

Paru aux éditions Gallimard, Cherbourg est un roman de Charles Daubas. Alors que d'étranges phénomènes agitent la cité normande, les personnages cherchent la vérité et leur vérité. Un premier roman aussi singulier que captivant. 

[Entracte-Livres] Les mystères de Cherbourg
Cherbourg devient un personnage à part entière dans le livre éponyme de Charles Daubas.
© PIcryl

Quand commence l'action de Cherbourg, le premier roman de Charles Daubas, personne ne parle du sous-marin Suffren et pour cause, le roman a paru au printemps dernier. Il n'empêche qu'il explore l'imaginaire de ce lieu en créant un faux polar et un vrai roman de climax. Tout est dit au fond dès l'incipit d'Erri de Luca "il y a des erreurs qui contiennent une autre vérité". Vous croyez lire un roman policier ? Vous vous trompez, le propos est ici plus ambitieux. 

Etranges hasards 

Reste que des événements étranges se succèdent dans la sous-préfecture de la Manche... Que s'est-il passé pour que les saumons semblent ressusciter, que d'étranges gravats apparaissent mystérieusement dans la rade tandis que des adolescents disparaissent ? Et pourquoi tous ces phénomènes semblent arriver en même temps ? 

Quand cette conjonction de phénomènes se réalise, "dans la presse, le sujet se décale de l'explicable à l'accusable. Les journaux commencent à chercher des responsables à défaut d'autre chose". Et la police locale charge Frédérique, une de ses inspectrice de mener l'enquête. Mais dans la cité normande où le taux de radio activité de l'océan est surveillée en permanence, le secret défense ne tarde pas à s'imposer, même aux forces de l'ordre. Pour découvrir la vérité, il faudra passer outre certains interdits.

Explorer les profondeurs

Qu'importe puisqu'au fond les uns et les autres cherchent autre chose dans les rues et sur les quais de la ville qui devient un personnage à part entière. Tout se passe comme si des forces souterraines échappant à tout s'étaient éveillées et agissaient en profondeur, travaillant l'inconscient de la ville et de ses habitants.

On pense à la série "L'hôpital et ses fantômes" qu'avait réalisée pour la télévision Lars von Trier, mais en plus doux, presque pastel, comme une aquarelle aux couleurs diluées. Charles Daubas, dont c'est le premier roman, n'est ni un cogneur ni un ricaneur. Urbaniste de profession, il observe et restitue tel un peintre. A moins qu'il ne soit un sourcier qui cherche sous terre et dans les profondeurs des océans les réponses aux énigmes présentes. Mieux qu'un sismographe, l'écriture de Charles Daubas capte les mouvements souterrains de la Terre, mais aussi des âmes des habitants. "Je crois que personne ne sait plus ce qui est vraiment possible. Vous encore moins. Vous nagez dans le même flou dans lequel vous avez noyé cette ville". 

Peintre sourcier ou sismographe, qu'importe. Une chose est certaine : il impose dès son premier roman un univers singulier et un ton rare dans la littérature française. Rarement on a été aussi pressé après avoir lu un premier roman de lire le suivant.

 

Cherbourg Charles Daubas, Gallimard, 184 pages 18 euros 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle