[Entracte-Livres] «La guerre mondiale des ondes», de Sébastien Dumoulin

Dans ce roman d’espionnage, l’auteur, bon connaisseur des télécoms, nous plonge dans la bataille mondiale de la 5G. Il nous révèle les dessous d’une guerre inédite où les Etats-Unis défendent leur ascendant technologique sur la Chine. Et nous livre des détails croustillants sur le sort malheureux de l’équipementier télécoms chinois Huawei, principale victime collatérale de cette confrontation.

Partager

La 5G, cette nouvelle génération de mobiles qui promet monts et merveilles au grand public et annonce une transformation en profondeur de l’industrie, a fait ses débuts en France à la fin de 2020. Mais, depuis 2018, elle fait l’objet d’une bataille mondiale implacable dont les deux chefs de file sont les Etats-Unis et la Chine. C'est dans cette guerre inédite, avec sa face émergée et sa face secrète, que Sébastien Dumoulin, journaliste aux Echos et bon connaisseur des télécoms, a choisi de nous plonger avec son roman d’espionnage « La guerre mondiale des télécoms », publié aux Editions Tallandier.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le livre initie le néophyte sur la 5G, son mode de fonctionnement, ses avancées par rapport à la 4G, son potentiel de transformation de l’économie, son rôle moteur de l’industrie 4.0, ses promesses pour l’Internet des objets massif et les enjeux sécuritaires que son déploiement soulève. Eau, électricité, transports, voitures connectés, usines, hôpitaux… Tout pourrait être à terme contrôlé via la 5G, ce qui fait craindre le risque d’actions de sabotage ou de prise de contrôle d’infrastructures critiques susceptibles de mettre un Etat à genoux. C’est pourquoi les Etats-Unis ont décidé de bannir les équipements télécoms chinois Huawei et ZTE et font pression pour que leurs alliés en fassent de même.

Embargo contre Huawei

Le roman de Sébastien Dumoulin raconte l’envoi par Washington d’émissaires chargés de sillonner les capitales alliées pour sensibiliser les médias à ces questions de sécurité et dénigrer Huawei, en l’accusant de servir de cheval de Troie à l’appareil de cyberespionnage chinois, sans toutefois jamais étayer leurs accusations par des preuves. Il révèle aussi comment le sort malheureux de Huawei a été scellé lors d’un dîner d’officiels américains, déterminés à « casser » un groupe qui fait figure de N°1 mondial des équipements télécoms et de l’un des trois plus grands constructeurs mondiaux de smartphones, aux côtés du sud-coréen Samsung et de l’américain Apple.

L’embargo américain décrété en mai 2019 contre Huawei est durci à deux reprises, pour asphyxier à petit feu le plus grand groupe high-tech chinois en le privant de l’accès aux puces électroniques, et ce dans le monde entier. L’arrestation rocambolesque de la directrice financière et fille du fondateur de Huawei au Canada à la demande des Etats-Unis, suivie par des représailles de la Chine contre des citoyens canadiens, donne une dimension humaine dramatique à cette saga.

Nouveau rideau de fer

Mais il ne faut pas se tromper. Derrière ces manœuvres de façade se joue une rivalité géopolitique totale entre Washington et Pékin. La Chine veut devenir la plus grande puissance du monde, et les Etats-Unis veulent le rester pour toujours. Huawei n’est que la victime collatérale de cette bataille. Le reste du monde est sommé de choisir son camp. L’Europe se trouve, malgré elle, écartelée entre son alliance stratégique avec les Etats-Unis et ses intérêts économiques grandissants en Chine. L’auteur parle d’un nouveau rideau de fer, numérique cette fois-ci, qui est en train de diviser le monde entier.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS