Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Entracte-Livres] "Kaiser Karl", bas les masques Lagerfeld

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

La mort de Karl Lagerfeld est l'une des disparitions marquantes de 2019 dans l'industrie. Dans Kaiser Karl, publié en juin, la journaliste Raphaëlle Bacqué réalise une biographie fouillée du couturier si important pour le secteur de la mode.

[Entracte-Livres] Kaiser Karl, bas les masques Lagerfeld
Karl Lagerfeld est mort en février à 85 ans.
© @KarlLagerfeld sur Twitter

Peu de grands patrons peuvent s’en féliciter : avoir un nom et un visage connus du grand public à travers le monde. C’était le cas de Karl Lagerfeld, disparu en février à 85 ans. Le directeur artistique de la maison Chanel était connu pour son horreur du passéisme et sa bonne répartie. Une personnalité qui cultivait certaines zones d’ombres sur sa vie et sa carrière. Dans une biographie intitulée “Kaiser Karl”, la journaliste Raphaëlle Bacqué tente de lever le masque du couturier star. Une lecture incontournable de l’été.

Une place singulière dans l'industrie de la mode

En juin, la cérémonie en l’honneur de Karl Lagerfeld l’a prouvé : le styliste était estimé des grands dirigeants de la mode. Et pour cause, il a précédé l’apparition de ces mastodontes français du luxe comme LVMH et Chanel. Bourreau de travail, le créateur a accompagné la naissance de l’industrie du prêt-à-porter. Une place singulière que permet de bien comprendre le livre de Raphaëlle Bacqué.

L’autrice offre surtout un éclairage inédit sur les aspects méconnus de Lagerfeld : son enfance en Allemagne, les affaires de son père pendant la Seconde Guerre mondiale, ses méthodes de travail lorsqu’il découpe les livres et puise son inspiration dans les fêtes. Et, surtout, son culte du secret. Bien avant la tendance du “personal branding”, Karl Lagerfeld s’invente des costumes, réécrit ses origines et sculpte son accent allemand.

Nous ne nous lassons pas de relire les épisodes sulfureux de cette vie grandiose et élégante : les nuits sauvages dans les boîtes de nuit et le triangle amoureux entre le dandy Jacques de Bascher, Karl Lagerfeld et Yves Saint Laurent.

Extrait

Avec ses collaborations pour une trentaine d’autres marques - vêtements, lingerie, chaussures, accessoires, décoration -, il est sans aucun doute le styliste le plus productif de Paris.

Une telle capacité de travail suppose une discipline hors pair. Dans ses studios, pas de cris ou de démonstrations d’hystérie. Hormis son retard, quasi maladif - il arrive généralement aux rendez-vous deux ou trois heures après le moment prévu -, il n’a aucun des travers des créateurs. Mieux, il peut dessiner sa collection, superviser les essayages et se faire lire le communiqué de presse en même temps. Intelligent, il surveille toutes les tendances, s’inspire de ce qu’il voit, absorbe, digère, selon ce formidable processus de synthétisation appris d’Antonio Lopez. Toujours en éveil, toujours à l’affût.

Un créateur intransigeant

Puisqu’il s’agit d’un portrait honnête, nous découvrons des traits plus dérangeants chez le créateur. Un homme incroyablement généreux, certes, mais qui exige fidélité et applique une intransigeance parfois injuste à ses collaborateurs. Pour le commun des mortels, la fortune colossale du directeur artistique apparaîtra au mieux surréaliste, au pire choquante. Peu gêné par un redressement fiscal, Karl Lagerfeld aura légué un héritage ubuesque de quelques millions d’euros à sa chatte Choupette… Cette dernière plaisanterie, entre raffinement et provocation, a le mérite de cristalliser le personnage.

Raphaëlle Bacqué, Kaiser Karl, Albin Michel, 256 pages, 19,90 euros.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle