Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Entente sur les émissions? La Commission européenne ouvre une enquête sur BMW, Daimler et VW

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

BMW, Daimler et VW se sont-ils entendus pour limiter le développement de technologies permettant de réduire les émissions des voitures à essence et diesel ? La Commission européenne a révélé le 18 septembre l'ouverture d'une enquête approfondie sur le sujet.

Entente sur les émissions? La Commission européenne ouvre une enquête sur BMW, Daimler et VW
BMW, Daimler et VW se sont-ils entendus pour limiter le développement de technologies permettant de réduire les émissions des voitures à essence et diesel ?
© Wikimedia Commons - Laitr Keiows

Le mardi 18 septembre, la Commission européenne a annoncé l’ouverture d’une enquête approfondie sur une entente présumée entre BMW, Daimler et le groupe VW, en violation des règles de l’Union Européenne sur les pratiques anticoncurrentielles.

En Allemagne, les constructeurs BMW, Daimler et VW (Volkswagen, Audi et Porsche) forment un groupe surnommé le “cercle des cinq”. Ils sont soupçonnés de s’être mis d’accord pour éviter toute concurrence sur le développement et le déploiement de technologies permettant de réduire les émissions des voitures particulières à moteur essence et diesel.

Une entente révélée par Daimler?

“Ces technologies visent à rendre les voitures particulières moins nuisibles pour l'environnement. Si elle est avérée, cette collusion a peut-être privé les consommateurs de la possibilité d'acheter des voitures moins polluantes, alors que la technologie était à la disposition des constructeurs”, explique dans un communiqué Margreth Vestager, commissaire chargée de la politique de concurrence.

Dans l’espoir d’attirer la clémence des autorités européennes, Daimler aurait avoué l’existence cette entente au sein du cercle des cinq, selon des informations de presse.

Cette affaire intervient quelques jours seulement après l’ouverture du premier grand procès contre Volkswagen dans l’affaire du “Dieselgate”. Mais au-delà du groupe allemand c’est tout le secteur, avec une demi-douzaine de marques à travers le monde, qui a été impacté par le scandale des moteurs truqués depuis sa révélation en 2015.

Des inspections en octobre 2017

Selon l’institution européenne, “de nombreux autres sujets techniques ont été évoqués” par le cercle des cinq. Ils auraient aussi échangé sur les exigences de qualité communes pour les pièces détachées, les procédures communes de contrôle de la qualité ou encore la vitesse maximale à laquelle le toit des voitures décapotables peut s'ouvrir. “Les règles de l'UE en matière de pratiques anticoncurrentielles laissent la possibilité d'une coopération technique destinée à améliorer la qualité des produits”, nuance la Commission.

Ce n’est pas la première que le cercle des cinq est soupçonné d’entente. En octobre 2017, la Commission européenne procédait déjà à des inspections dans les locaux des constructeurs pour une éventuelle collusion sur le développement technologique des voitures particulières.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle