Enquête ouverte en France sur des soupçons de corruption visant Airbus en Grande-Bretagne

PARIS (Reuters) - Airbus a indiqué jeudi 16 mars 2017 avoir été informé de l'ouverture d'une enquête préliminaire par le Parquet national financier (PNF) en lien avec l'enquête ouverte l'an dernier par le Serious Fraud Office (SFO) en Grande-Bretagne sur des soupçons de corruption.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Enquête ouverte en France sur des soupçons de corruption visant Airbus en Grande-Bretagne
Airbus a indiqué jeudi avoir été informé de l"ouverture d"une enquête préliminaire par le Parquet national financier (PNF) en lien avec l"enquête ouverte l"an dernier par le Serious Fraud Office (SFO) en Grande-Bretagne sur des soupçons de corruption. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse

Après la Grande-Bretagne, la France. Le Parquet national financier (PNF), pendant français du Serious Fraud Office (SFO) a ouvert une enquête préliminaire sur des soupçons de corruption, a annoncé jeudi 17 mars Airbus dans un communiqué.

Le groupe européen d'aérospatiale et de défense fait savoir dans un communiqué qu'il coopérera "pleinement" avec les deux autorités dans le cadre de ces enquêtes.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le SFO, chargé outre-Manche de la lutte contre les délits et crimes économiques, a ouvert à l'été 2016 une enquête au Royaume-Uni sur des soupçons d'irrégularités concernant le recours à des consultants pour la vente à l'export d'avions civils. Cette enquête du SFO porte sur des allégations de fraude, de pots-de-vin et de corruption dans le secteur de l'aviation civile d'Airbus Group liées à des irrégularités concernant des consultants tiers.

Le PNF a ouvert une enquête visant des soupçons d'irrégularités chez Airbus en juillet 2016 et travaille en collaboration avec le SFO dans ce dossier, a-t-on appris de source judiciaire.

En août dernier, des sources proches du dossier avaient indiqué que l'enquête ouverte par le SFO portait sur des contradictions dans des montants de commissions de consultants mentionnés dans des demandes d'aide à l'export ou des noms de tiers manquants, dont certains cas remontent à des années.

En vertu d'une législation de 2006, les entreprises demandant des aides à l'export au Royaume-Uni doivent identifier tous les intermédiaires impliqués dans les négociations du contrat et fournir la liste des sommes payées.

Depuis la révélation de ces soupçons de corruption, l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni ont décidé de suspendre les crédits à l'exportation accordés à Airbus.

Pour Reuters, Matthieu Protard et Simon Carraud édité par Véronique Tison

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS