Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Engrenage d’investissements pour Linamar à Saint-Chamond

, , , ,

Publié le

30 millions d’euros vont être investis par l’équipementier canadien Linamar sur son site de Saint-Chamond (Loire), issu du regroupement de deux de ses unités de production. 75 personnes seront embauchées dans les deux ans.

Engrenage d’investissements pour Linamar à Saint-Chamond
Moteur Linamar.
© Linamar

L’équipementier automobile canadien Linamar va investir 30 millions dans son usine de Saint-Chamond (Loire) d’ici 2018. Cet investissement sera principalement consacré à l’achat de nouvelles machines d’usinage et à l’automatisation de son outil de production. Ce développement fait suite à la signature de quatre nouveaux contrats avec les groupes Volvo, PSA, Scania et Punch Powertrain. Les premières commandes doivent être livrées à partir du troisième trimestre 2016.

Avec ces contrats et investissements, Linamar Saint-Chamond prévoit de porter son chiffre d’affaires à 80 millions d’euros d’ici deux ans, au lieu de 30 millions d'euros en 2015. Le directeur du site ligérien, Cédric Febbraro, annonce également l’embauche de 75 personnes sur cette même période pour renforcer ses effectifs de quelque 200 salariés actuellement.

Regroupement de sites

Linamar a regroupé en septembre 2015 ses deux unités précédemment à Saint-Etienne et Saint-Romain-en-Gier (Loire) spécialisées dans l’usinage d’engrenages et de carters automobiles. L’équipementier a investi 7 millions d'euros dans l’achat et la réhabilitation de ce bâtiment de 18 000 mètres carrés occupé auparavant par Giat Industries (Nexter aujourd’hui).

Le groupe Linamar emploie globalement 24 000 salariés dans une quarantaine d’usines dans le monde, principalement en Amérique du Nord. Il a récemment acquis le fabricant français de pièces de fonderie Montupet pour 770 millions d’euros. Il souhaite investir par ailleurs dans la reconstruction partielle d’un autre de ses sites de production à Montfaucon (Haute-Loire) pour faire face à la signature éventuelle d’un contrat avec l’équipementier allemand ZF.

Vincent Charbonnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle