Engie veut croître dans l’exploration-production

Engie veut accroître ses réserves de gaz. Pour cela, le groupe est à l’affût d’une acquisition dans l’exploration-production.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Engie veut croître dans l’exploration-production

A quelques jours de l’ouverture du congrès mondial du gaz, un évènement triennal qui réunit toute la filière mondiale, Engie (ex-GDF Suez) organisait ce jeudi 28 mai un séminaire pour faire valoir la place du gaz dans la transition énergétique. Selon le PDG, Gérard Mestrallet, cet hydrocarbure, qui émet deux fois moins de CO2 que le pétrole et le charbon lors de sa combustion, est un outil dont doit s’emparer la COP21 à Paris en décembre prochain pour maintenir la hausse des températures sous 2°C.

Fort de cette ambition, le groupe veut développer ses activités sur tous les maillons de la chaine gazière, y compris dans l’exploration-production (E&P). "Ce que nous faisons avec notre effort d'exploration nous permet de renouveler nos réserves. Pour aller au-delà, cela passera par des acquisitions", a expliqué Didier Holleaux, directeur général adjoint en charge de la branche E&P. Il ajoute : "Nous regardons beaucoup d’opportunités. J'ai bon espoir qu'on en conclue une dans les mois qui viennent."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Avec le cycle bas des cours du pétrole, la période est en effet favorable aux fusions-acquisitions. Début avril, le géant Shell a annoncé l’acquisition du pétrolier BG Group pour 47 milliards de livres. Didier Holleaux explique que "BG était un peu gros pour Engie E&P, et même pour Engie dans son ensemble. Cela aurait changé très profondément la physionomie du groupe."

Levier de négociations

C’est donc une cible plus modeste que vise l’énergéticien. Son ambition est de porter ses réserves de 759 millions de barils équivalent-pétrole à 1,2 milliard de barils. Le groupe ne se fixe cependant pas de date butoir pour atteindre cet objectif. D’autant plus, qu’en raison de la faiblesse des cours du pétrole, les investissements d’exploration-production du groupe vont diminuer de 25 à 30 % dans les années qui viennent. En 2014, Engie y a investi un milliard d’euros pour 2,8 milliards d’euros de chiffre d’affaire et 900 millions d’euros de résultat d’exploitation.

Pour Engie, cette activité ne représente qu’environ 3 à 4 % des achats gaz. Mais cette présence, même modeste, permet au groupe de diversifier le risque sur l’ensemble de la chaîne de valeur du gaz et surtout de renforcer les capacités de négociation de la société avec ses fournisseurs.

Ludovic Dupin

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS