Engie soupçonne une tentative de déstabilisation et remanie son état-major

Engie a déposé un signalement auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). La dirigeante du groupe craint une entreprise de déstabilisation alors qu’un plan de transformation profond est en cours.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Engie soupçonne une tentative de déstabilisation et remanie son état-major
Isabelle Kocher, Engie

Mais qui en veut à Engie ? Depuis plusieurs mois, le groupe est la cible de rumeurs récurrentes. Elles font état de tensions entre Gérard Mestrallet, président et architecte du groupe, et Isabelle Kocher, directrice générale en poste depuis avril 2016. Dans la presse, on a même pu lire que cette dernière pourrait être amenée à quitter ses fonctions en 2017. A l’occasion de ses vœux de la presse, Isabelle Kocher réagit vivement à ces bruits persistants.

"Gérard (Mestrallet) et moi sommes particulièrement agacés", lance-t-elle, tout en précisant avoir toujours la confiance du conseil d’administration. Le 19 décembre, Engie a ainsi fait un signalement auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Engie soupçonne que toutes ces rumeurs soient orchestrées dans le but de déstabiliser le groupe en pleine mutation.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La directrice générale a engagé un plan triennal qui vise à centrer les activités de l’entreprise sur les renouvelables, le gaz et les services à l’énergie. Ce qui, dans un premier temps, passe par d’importantes cessions d’actifs et affecte les résultats financiers. Selon des sources proches de la direction interrogées par l’Usine Nouvelle, certains directeurs goûtent mal cette transformation en profondeur et remettent en cause la stratégie.

Internationalisation du Comex

C’est dans ce contexte qu’Isabelle Kocher a décidé de remanier son comité de direction. Lundi 9 décembre, elle a annoncé le départ de Sandra Lagumina, directrice générale adjointe, en charge des infrastructures liées au gaz, après seulement un an à ce poste. A en croire des sources internes, la relation n’était pas facile entre les deux femmes.

C’est Didier Holleaux, directeur général adjoint qui reprend son périmètre. Dans le même temps, le groupe a annoncé la nomination au comité de direction de l’Indien Shankar Krishnamoorthy, qui a rejoint le groupe depuis 1997, à travers Suez. "L’équipe dirigeante du Groupe compte désormais 5 nationalités parmi ses 12 membres et dispose d’une expertise opérationnelle renforcée", se réjouit Isabelle Kocher.

Derrière Engie, toujours GDF et Suez

Ce remaniement marqueraient-ils la difficulté de certains dirigeants à dépasser la fusion entre Suez et GDF réalisée en 2008 ? "La greffe n’a jamais complétement pris entre le clan des Suez et le clan des GDF", explique-t-on en interne. Sandra Lagumina faisait clairement partie de ce second groupe. Elle est entrée chez GDF en 2004, puis a dirigé le distributeur de gaz GrDF jusqu’en 2015 avant de rejoindre la direction d’Engie.

Celle-ci est réputée proche de Jean-François Cirelli, PDG de Gaz de France de 2004 à 2008. Lors de la création de GDF-Suez, il prit la place de numéro 2 et de bras droit du PDG Gérard Mestrallet avec l’ambition de diriger le groupe à terme. Mais finalement, il fut évincé en 2014. En préparation de sa succession, le PDG lui préféra la directrice financière de l’entreprise, Isabelle Kocher. Cet événement avait heurté certains anciens de GDF, ravivant les tensions de la fusion de 2008.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS