Engie poursuit sa décentralisation, suppressions de postes en vue

L'industriel français Engie poursuit sa décentralisation et réorganise son siège. Davantage de proximité avec ses clients, c'est ce que souhaite Engie. Pour ce faire, son projet prévoit une bi-localisation de son siège à Paris et Bruxelles et la fermeture du siège de Londres, ce qui l'amène à supprimer 504 postes d'ici 2019 dont 312 en France, 116 en Belgique et 76 au Royaume-Uni.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Engie poursuit sa décentralisation, suppressions de postes en vue
Engie prévoit la suppression de 504 postes dont 312 en France.

"Une nouvelle étape de sa transformation". C'est par ces mots qu'Engie annonce la prochaine étape de son plan mené dans le cadre de sa "révolution énergétique" et conduisant à la "décentralisation de son organisation".

Ce projet prévoit notamment "la suppression nette de 504 postes, dont 312 en France, 116 en Belgique et 76 au Royaume-Uni", détaille le groupe dans un communiqué. Ces suppressions de postes se font puisqu'Engie redéfinit les missions et la taille de son siège ce qui conduit à la fermeture du siège de Londres et une bi-localisation de son siège à Paris et Bruxelles.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Engie veut être plus proche de ses clients

L'énergéticien français précise que ce plan, dont la mise en place s'étalera jusqu'en 2019, "ne conduira à aucun licenciement et reposera uniquement sur le principe du volontariat". Un dispositif d'accompagnement personnel comprenant un plan de départ à la retraite, un programme favorisant la mobilité interne et la formation pour les salariés du siège, et un plan de départ volontaire, est mis en place par Engie.

En décentralisant son organisation, Engie cherche à "gagner en agilité et en proximité avec ses clients". Le premier 1er janvier 2016, Engie a déjà renforcé ses Business Units géographiques.

Engie a remis ce projet d'organisation de siège aux instances représentatives du personnel.

L'industriel, qui emploie 153 000 collaborateurs dans le monde, prévoit de recruter 12 000 salariés en 2017 dont 4 000 personnes en CDI en France en 2017.

Léna Corot Journaliste à L'Usine Digitale

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS