Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Engie et le marocain Nareva veulent s'étendre dans l'énergie en Afrique main dans la main

, , , ,

Publié le

Déjà associés au Maroc, le français Engie et le marocain Nareva projettent de développer ensemble de nouveaux projets en Afrique du Nord et de l'Ouest.

Engie et le marocain Nareva veulent s'étendre dans l'énergie en Afrique main dans la main
Parc éolien Nareva - Engie de Tarfaya au sud du Maroc
© dr

Collaboration à poursuivre. Les groupes énergétiques Engie et Nareva veulent développer ensemble de nouveaux projets en Afrique du Nord et de l'Ouest. C'est ce qu'ils ont indiqué dans un communiqué publié vendredi 24 juin. A ce stade, Engie a annoncé la conclusion d'un protocole d'accord pour étendre son partenariat avec Nareva en indiquant : "le mémorandum d'entente affirme la volonté des deux opérateurs d'associer leurs efforts pour développer de nouveaux projets de production d'électricité et de services énergétiques en Afrique, notamment en Egypte, Côte d'Ivoire, Sénégal,Ghana et Cameroun".

Engie est le deuxième énergéticien français derrière Edf avec 69,9 milliards d'euros en 2015 de chiffre d'affaires. Pour sa part, Nareva est une filiale du groupe marocain SNI, holding qui appartient à titre privé à la famille royale du Maroc. Nareva a été créée par la SNI en 2005 pour se développer sur le marché de l'énergie. Dirigée par Ahmed Nakkouch, ancien directeur de l'ONEE (la société publique d'électricité marocaine), Nareva elle emploie une centaine de personnes se consacrant pour l'essentiel au développement de projets. Son chiffre d'affaires n'est pas connu

Au Maroc, Engie et Nareva ont déja conduit ensemble le développement du parc éolien de Tarfaya à travers la société commune Tarec. Situé dans une zone désertique non loin de l'Atlantique dans le sud du royaume, ce parc inauguré en 2014 est l'un des plus grands d'Afrique avec 301 MW et 131 éoliennes.

Les deux groupes portent aussi, associés avec le japonais Mitsui un projet, actuellement  en construction d'une énorme centrale à charbon à Safi, soit deux tranches de 693 MW selon la technologie ultra supercritique pour plus de 2 milliards de dollars. .

Quant à leurs projets en Afrique, Nareva et Engie visent un portefeuille d'actifs supplémentaires de 5 à 6 GW entre 2020 et 2025, soit selon eux, la consommation moyenne de 10 millions de familles.

Isabelle Kocher (photo), directeur général d’Engie a indiqué dans le communiqué : "nous sommes heureux de développer notre présence sur le continent avec Nareva vers un objectif commun : contribuer à l’amélioration de l’accès à l’énergie. Cet accord va nous permettre d’accélérer la mise à disposition de solutions énergétiques innovantes et durables pour le développement économique et social de l’Afrique".  Quand à Ahmed Nakkouch, il indique : "cet accord constitue un nouveau cap dans nos relations avec Engie. Ensemble, nous entrons dans ce partenariat avec le même esprit pionnier qui nous animait lors de notre première collaboration pour la réalisation du parc éolien de Tarfaya, le plus grand d’Afrique. Avec Engie, nous souhaitons développer des projets énergétiques qui contribueront au développement durable de l’Afrique. ».

Outre ses projets dans la production, Engie est aussi présent au Maroc à travers sa filiale de service Cofely qui assure notamment la maintenance multi-technique de l'usine Renault Tanger ou la maintenance des équipements du port Tanger Med.

Peu à peu libéralisé depuis une décennie, le marché marocain de l'énergie a vu subséquemment l'arrivée d'acteurs internationaux du secteur. Outre Engie, sont notamment présents de façon significative le qatari Taqa via une énorme centrale à charbon à Jorf Lasfar et le saoudien Acwa à travers le projet solaire géant Noor. Coté français, Edf est notamment présent dans l'éolien et des ETI comme Voltalia cherchent par ailleurs à s'implanter sur le marché marocain.

D'autres comme le fonds américain Brookstone se servent déjà du Maroc comme d'une plate-forme vers l'Afrique.
Pierre-Olivier Rouaud

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle