L'Usine Energie

Engie dément vouloir supprimer 1 900 postes

, , , ,

Publié le , mis à jour le 03/05/2017 À 07H15

PARIS (Reuters) - La CGT a annoncé mardi 2 mai que la direction d'Engie aurait programmé sur la période 2016-2019 au moins 1.900 suppressions de postes sur les 25.000 que compte la partie "énergie" du groupe en France. Toutefois, le groupe a rapidement démentis ces informations.

Engie dément vouloir supprimer 1 900 postes
La direction d"Engie a programmé sur la période 2016-2019 au moins 1.900 suppressions de postes sur les 25.000 que compte la partie "énergie" du groupe en France, selon la CGT. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen
© Jacky Naegelen / Reuters

Le syndicat a précisé dans un communiqué que les activités commerce pour les particuliers et les entreprises étaient respectivement concernées à hauteur de 600 et 200 postes, le siège (600 postes), l'exploration-production (120 postes), les services informatiques (200 postes), le négoce (100 postes) et Storengy (80 postes) étant également touchés.

Eric Buttazzoni, coordinateur central de la CGT d'Engie, a en outre indiqué que le syndicat avait actualisé son décompte en intégrant les réductions d'effectifs prévues au siège et dans le stockage mais qu'il ne comprenait pas dans ses calculs certaines créations de postes.

Engie, en tenant compte de créations de postes envisagées, avait annoncé mi-avril 312 suppressions de postes dans son siège français.

Toujours selon la CGT, une partie des réductions d'effectifs - à savoir l'activité de relation clientèle pour les particuliers - "est due au transfert d'activités vers des prestataires qui délocalisent dans des pays à faible coût de main d'oeuvre", en particulier au Maroc, à l'île Maurice ou encore au Portugal.

4 000 recrutements prévus en CDI en France

Une porte-parole d'Engie a rappelé qu'un plan de transformation était en cours chez Engie tout en démentant les chiffres avancés par la CGT.

"On ne confirme absolument pas ces chiffres qui ne correspondent pas du tout à la réalité", a-t-elle dit, ajoutant qu'Engie prévoyait 4.000 recrutements en CDI en France cette année, comme en 2016, et que toute réduction d'effectifs se ferait sans licenciement.

"Un plan de départ volontaires est en cours de discussion avec les syndicats", a également indiqué la porte-parole d'Engie.

Pour Reuters, Benjamin Mallet, édité par Gilles Guillaume

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte